28/12/2008

Micheline Calmy-Rey veut un nouveau programme conjoncturel

Micheline Calmy-Rey veut des mesures supplémentaires pour relancer l'économie: "Je suis d'avis qu'un programme conjoncturel supplémentaire avec des mesures agissant rapidement est nécessaire", explique-t-elle dans une interview accordée à la "SonntagsZeitung".


Pour la conseillère fédérale, de nombreuses idées proposées par les partis sont intéressantes, surtout celles qui stimulent la demande intérieure. Mme Calmy-Rey cite en particulier une motion de l'UDC suggérant de redistribuer à la population l'excédent de recettes de la Confédération prévu pour l'année en cours, soit 4,6 milliards. Chaque habitant recevrait ainsi 500 francs environ.

La ministre socialiste des affaires étrangère évoque aussi deux exigences de son propre parti: la hausse des dépenses sociales et la suppression des primes d'assurance maladie pour les enfants. Jusqu'ici, les contribuables "ont libéré beaucoup d'argent pour renforcer les places financière", ils seraient donc "en droit d'attendre que l'Etat protège l'économie réelle et les emplois".

Pour Mme Calmy-Rey, il est en outre important que la Suisse se montre solidaire en matière de mesures conjoncturelles. La crise est systémique et les paquets de relance n'ont d'effet que si tous les Etats avancent au même rythme. Et la Suisse est "clairement en retard" par rapport à l'étranger.

Le ministre radical des finances Hans-Rudolf Merz n'est toutefois pas aussi pressé que sa collègue. Dans "Le Matin Dimanche", il déclare qu'un troisième paquet de relance ne sera débloqué "que si la situation l'exige". Il s'agit d'abord d'évaluer le succès des deux premiers.

 

 

J’avais cru comprendre lors de l’élection de Ueli Maurer que la collégialité était une condition impérative pour être membre du Conseil Fédéral. Je constate que cette règle ne s’applique qu’aux membres de l’UDC. La socialiste Micheline Calmy Rey en est-elle dispensée ? Ne doit-elle pas comme les autres Conseillers Fédéraux défendre la position du gouvernement ? Ce gouvernement ne vient-il pas d’arrêter sa politique au sujet de la relance ?

Les parlementaires du parti socialiste, des Verts et de l’aile gauche du PDC, ces gens qui ne voulaient absolument pas de U. Maurer au CF devraient rappeler clairement à l’ordre Mme Calmy Rey, ne pas le faire serait prouver une incohérence avec eux-mêmes inexplicable.

Ils pourraient également s’engager à ne pas réélire Mme Calmy Rey dans 3 ans…

Dans le même ordre d’idée les médias qui étaient les premiers à relayer les « manques de collégialité » de C. Blocher devraient appliquer la même règle à Mme Calmy Rey qu’ils ont appliquée au Tribun zurichois. Le feront-ils ?

Commentaires

Cette foutue collégialité dont Pascal Couchepin aussi manque de nous la démontrer, mais ne cessent de la réclamer de la part des membres UDC.

C'est le fameux "2 poids, 2 mesures".

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 29/12/2008

Les commentaires sont fermés.