04/02/2009

Dumping Salarial et sanction

Un article du journal "Le temps" nous informe sur le dumping salarial. "Le temps" publie un tableau fort intéressant sur le sujet:

Ce tableau nous confirme clairement que le dumping salarial est plus que présent dans notre pays.

Nous apprenons qu’en un peu moins de trois ans, les contrôleurs ont constatés plus de 3000 infractions. La statistique a ceci de curieux que si le canton le plus peuplé, Zurich, a eu un peu plus de 10% des cas, le Tessin canton frontalier en eu largement plus de 10% et Genève, n’en a eu « que » 2%. Nous savons tous que le gouvernement du canton du bout du lac Léman est à majorité de gauche et proeuropéenne, faut-il y voir un laxisme dans les contrôles ? Genève ne passe pas pour être le canton le plus tatillon dans le domaine des contrôles de l’Etat mais dans ce cas, il faut être gonflé pour présenter les contrôles pour lutter contre le dumping salarial. Si « Le temps » a les informations, il serait utile à la population qu’il publie le nombre d’inspecteurs affectés à chaque canton et leur taux d’efficacité à chacun.

Les syndicats genevois auront sans doute de la peine à expliquer à leurs membres qu’ils sont favorables à la libre circulation malgré le peu de succès des contrôles. Les ouvriers suisses concernés par la concurrence de travailleurs étrangers auront cette fois compris que le gouvernement se moque complètement d’eux et que leur intérêt est de refuser de continuer dans des bilatérales qui ne profitent qu’à une seule partie.

Commentaires

Et si la peur du gendarme de l'emploi, autrement plus efficace à Genève qu'ailleurs, et la tradition de la gestion tripartite de l'emploi (inexistante ailleurs) expliquait ce taux d'abus au bout du lac? Personne ne conteste le fait que la libre circulation des travailleurs a un effet homogénéisateur sur les salaires. la vieille lutte capital travail ne sera jamais finie. Mais croyez-vous que les Genevois auraient de meilleures conditions de travail s'ils étaient enfermés dans leur frontière comme jadis derrière leurs remparts. C'est une illusion! Bien à vous.

Écrit par : JF Mabut | 05/02/2009

@JF Mabut,
Bonjour, merci pour votre commentaire.
Je crois que cela fait longtemps que les genevois(e)s n'ont plus peur du gendarme.
La gestion tripartite, je n'y crois pas du tout. Si elle est inexistante ailleurs, ce n'est certainement pas une efficacité sans faille qui a convaincu les autres cantons de ne pas suivre cet exemple. Je prétend que la libre circulation des travailleurs crée une offre bien supérieure à la demande et a pour conséquence de faire baisser les salaires. La restauration est un exemple de ce phénomène. La sécurité privée aussi. (Les agents ne connaissent même pas la géographie du canton et doivent s'en remettre à un GPS.) L'hôtellerie n'est pas en reste. Les entreprises de nettoyage profitent aussi de cette "manne". Les conditions de travail étaient sans doute meilleures avant les ouvertures progressives. Je pense même que les saisonniers des années 60-70 étaient mieux traités que les salariés suisses actuels! Il ne faut pas oublier non plus que la fin de la libre circulation n'empêchera pas d'engager des étrangers, elle permettra de revenir à la préférence nationale... c'est différent!

Écrit par : salegueule | 05/02/2009

"Mais croyez-vous que les Genevois auraient de meilleures conditions de travail s'ils étaient enfermés dans leur frontière comme jadis derrière leurs remparts. C'est une illusion!"

L'illusion c'est de penser qu'un NON enfermerait la Suisse ou Genève dans leurs frontières. Et le dire est un mensonge.

Alors jfm, on s'emporte parce que les derniers sondages sont mauvais? C'est fatigant ces gens qui pensent qu'ils ont raison pour les autres.

Sur les contrôles à Genève, je me marre. Il y a des milliers de travailleurs clandestins, notamment domestiques, honteusement exploités comme dans un vulgaire pays du Golfe. Il est où le contrôle? Rien n'est fait pour faire respecter la loi en ce domaine.

Écrit par : Johann | 06/02/2009

Les commentaires sont fermés.