04/03/2009

Le National refuse d'invalider l'initiative contre les minarets

Le peuple doit se prononcer sur l'initiative contre les minarets même si elle stigmatise les musulmans et pose des problèmes juridiques. Fort de cet avis, le National s'est borné à recommander le rejet du texte. Au grand dam de la gauche, qui voulait le déclarer nul.


Lire la suite

 

Cette fois le parlement a eu raison. C’est en effet au souverain de décider ce qu’il veut faire à propos des minarets.

Politiquement, ce devrait être une décision à prendre aux niveaux des cantons. Certains étant laïcs, ils n’ont aucune raison d’empêcher la construction de minarets alors que d’autres sont encore chrétiens. Pour ces derniers, il est compréhensible que l’autorisation des minarets puisse poser des problèmes.

D’un autre point de vue, le souverain peut également décider que tant qu’il n’ y a pas de réciprocité dans ce domaine, il ne peut être question d’ériger des minarets sur des terres historiquement chrétiennes. Ce ne serait pas scandaleux.

Le souverain pourrait aussi montrer une tolérance envers l’Islam, qui se dit tolérant sans le montrer dans les faits, en autorisant les minarets sans contreparties. Ce serait un exemple de tolérance que les islamistes ne pourraient pas éviter longtemps de suivre.

Les votants pourraient aussi mettre certaines conditions à la construction de minarets comme l’engagement des dirigeants islamiques à respecter la supériorité du droit civil sur le droit religieux.

Les commentaires sont fermés.