05/03/2009

L'Eglise excommunie la mère d'une fille de 9 ans ayant avorté

L'archevêque de Recife (nord-est du Brésil) a excommunié la mère d'une enfant de 9 ans ayant avorté de jumeaux à la suite d'un viol, ainsi que toute l'équipe médicale. Mgr José Cardoso Sobrinho a argué qu'aux yeux de l'Eglise l'avortement était un "crime" .


"La loi de Dieu est au-dessus de n'importe quelle loi humaine. Alors, quand une loi promulguée par des législateurs humains est contraire à la loi de Dieu, cette loi n'a aucune valeur", a souligné Mgr Sobrinho. Ce dernier menace d'attaquer la mère en justice pour "homicide".

La grossesse de quinze semaines a été découverte il y a quelques jours quand la fillette a commencé à ressentir des douleurs et a été conduite à l'hôpital par sa mère, qui n'était au courant de rien.

"La grossesse comportait de hauts risques et mettait la vie de l'enfant en danger", a déclaré à la presse le docteur Sergio Cabral, qui a réalisé l'intervention dans un hôpital public de Recife, la capitale de l'Etat du Pernambouc.

La police a découvert que le beau-père de l'enfant abusait d'elle depuis qu'elle avait six ans, ainsi que de sa soeur aînée de 14 ans, handicapée de surcroît. Le beau-père de 23 ans a avoué les délits. Il et encourt 15 ans de prison.

L'interruption volontaire de grossesse est toujours interdite au Brésil, sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère. Cela n'empêche pas un million de femmes d'avorter clandestinement, lors d'opérations qui coûtent la vie à des milliers d'entre elles chaque année, selon les autorités.

"L'état de la fillette s'appliquait aux deux cas et, comme médecins, nous ne pouvions pas faire courir de risques à une enfant de 9 ans, dont les organes ne sont pas encore formés", a expliqué le docteur Cabral.

Les intégristes catholiques sont encore plus dangereux que les intégristes islamistes !

Qu’attend le Pape pour remettre en question cet archevêque ? C’est lui qu’il faudrait excommunié, mettre en prison pour incitation à la haine ! Comment un homme se prétendant de Dieu peut-il être aussi inhumain que cet archevêque ?

Les membres de l’Eglise catholiques sont-ils devenus fous ? Certains nient la Shoah, d’autres veulent condamner de jeunes filles innocentes à prendre des risques mortels pour elles-mêmes.

Avec des dirigeants comme ceux-ci, il est clair que l’Eglise a bien du souci à se faire pour son avenir. Je commence à penser de plus en plus que Saint Malachie avait vu juste en prédisant que notre actuel Pape serait le dernier…..

Commentaires

Bravo de relever le geste courageux de cet ecclésiastique, qui ne craint pas le qu'en-dira-t-on pour appliquer les règles de l'Eglise.

Le clergé n'est pas aussi pourri qu'il semble l'être. Cet archevêque brésilien rachète les égarements de Mgr Williamson.

Écrit par : j.nizard | 06/03/2009

Eh oui! l'Église d'Écône! pour elle, il est plus grave de faire avorter une enfant qui risque la mort qu'un évêque qui nie le génocide juif!

Comprenne qui pourra!... Puis, Dieu reconnaîtra les siens!

Écrit par : Père Siffleur | 06/03/2009

"Les intégristes catholiques sont encore plus dangereux que les intégristes islamistes !"

Les kamikazes en moins.

Cet archevêque oublie ce que veut dire le pardon chez les chrétiens.Il aurait fallut pour la famille de la victime de garder secret cet avortement. Il est certain que Dieu n'aurait jamais pas cafter.

D.J

Écrit par : D.J | 06/03/2009

"Les intégristes catholiques sont encore plus dangereux que les intégristes islamistes !"

Pas d'accord, même si l'excomunnication prononcée est pathétique, on est loin de la violence prônée par le sintégristes islamistes.

Donnez-moi les chiffre: combien d'attentats dans le monde commis par des intégristes catholiques?...

Si vous n'en avez pas: comment oser prétendre une telle absurdité.

Les intégrismes ine sont pas équivalents! C'est un leurre de prétendre que l'excommunication est équivalente à une bombe, à la lapidation, à une peine de prisons ou à des coups de fouets...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 06/03/2009

Les commentaires sont fermés.