24/03/2009

Les chefs de justice et police latins pour l'alerte enlèvement

La Conférence latine des chefs des Départements de justice et police (CLDJP) veut que la Confédération prenne des mesures pour mettre en place un système d'alerte enlèvement. La nouvelle réjouit Eveline Widmer-Schlumpf qui se dit persuadée de la nécessité d'un tel système.


Lors d'une conférence de presse à Genève, la cheffe du Département fédéral de justice et police a réagi favorablement à la prise de position de la CLDJP. "Je suis heureuse que les cantons veuillent confier la conduite du projet à la Confédération."

Mais il ne faut pas forcément se calquer sur la France, où il est réservé aux rapts d'enfants, excluant adolescents et adultes. "Je pense qu'il faut aller plus loin". Et d'ajouter que la Confédération va se coordonner avec les cantons pour trouver la solution la plus adéquate.

La CLDJP admet de son côté qu'en cas d'enlèvement présumé d'enfants, la poursuite pénale est de la compétence des autorités judiciaires des cantons. Il n'en demeure pas moins, selon elle, que la Confédération peut dans certains domaines prendre l'initiative et garder le "leadership" pour qu'une solution soit rapidement trouvée.

Tous deux membres de la CLDJP, le Vaudois Philippe Leuba et le Fribourgeois Erwin Jutzet se sont déjà prononcés dimanche en faveur de l'alerte enlèvement. M. Jutzet l'a fait lors du point de presse ayant précédé la marche en hommage à Lucie, l'adolescente fribourgeoise tuée à Rieden (AG) le 4 mars dernier.

Dans les cantons, les choses bougent déjà: le PLR a récemment demandé à toutes ses sections cantonales de déposer des interventions dans les Grands Conseils visant à instaurer une alerte enlèvement. C'est chose faite dans les cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel, Tessin, Zurich et Lucerne, rappelle le parti dans un communiqué. Argovie, Schwyz et Glaris préparent de telles interventions pour les prochaines semaines.

Notre ministre du DFJP n’a décidément peur de rien…..Cette ministre qui vient de découvrir « Tigris », qui affirmait jusqu’à il y a peu de temps qu’il était extrêmement compliqué de mettre en place un système d’alerte enlèvement, nous informe, maintenant que les cantons latins veulent aller de l’avant, qu’il faut ne pas limiter cette alerte enlèvement aux rapts d’enfants, qu’il faut y ajouter X, Y et Z. En somme, elle essaie de renvoyer à perpétuité la mise en place de cette alerte !

Les commentaires sont fermés.