21/04/2009

Conférence contre le racisme: Micheline Calmy-Rey réplique

Les pays présents à la conférence de l'ONU contre le racisme (Durban II) ont adopté en avance le document final de la réunion, trois jours avant le terme des travaux. L'ONU a expliqué que cet accord rapide est une réponse au président Mahmoud Ahmadinejad.


Arrivée par surprise à Genève, une fois le document approuvé, la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey s'est déclarée "très satisfaite". Le texte répond aux grands principes défendus par la Suisse, a-t-elle dit.

Elle a mentionné la liberté d'expression, les droits des femmes, le rappel de l'Holocauste, le rejet de l'esclavage et du colonialisme. Le document traite "de manière équilibrée" différents aspects du racisme "et n'est pas une plateforme visant uniquement une situation particulière", à savoir Israël, a-t-elle souligné.

Devant la presse, Micheline Calmy-Rey a également répliqué aux attaques israéliennes contre la Suisse. Elle a regretté que "l'enceinte de l'ONU, une enceinte de dialogue, puisse être utilisée pour propager des propos inacceptables qui incitent à la haine". Mahmoud Ahmadinejad avait qualifié lundi Israël de "gouvernement totalement raciste".

"La Suisse représente les intérêts américains en Iran. Nous devons avoir des contacts", a déclaré la conseillère fédérale, interrogée sur la rencontre dimanche entre le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz et le président iranien.

"Nous sommes un canal de communication entre les Etats-Unis et l'Iran", a-t-elle insisté en précisant que ce n'est pas la Suisse qui a demandé la rencontre.

Neuf pays ont boycotté la conférence: Israël, le Canada, les Etats-Unis, l'Italie, la Pologne, les Pays-Bas, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la République tchèque.

Le grand bruit médiatique est déjà fortement atténué. Moins de 24 heures après l’usage exagéré de la liberté d’expression par le président iranien, la conférence de l’ONU dite Durban II a déjà son document final…Les représentants des pays qui se sont retirés de la salle hier et qui se félicitent de voir dans les principaux points cités dans le document final celui de la liberté d’expression doivent se sentir un peu mal à l’aise. A moins que cette liberté d’expression ne s’appliquent qu’à eux-mêmes, eux qui ont forcément raison sur tout. Les grand pays européens (Allemagne, France, Grande-Bretagne et Italie) sont de près concernés par le drame qui s’est déroulé pendant la 2ème guerre mondiale. Si leur volonté de réparer le mal fait en créant, avec le soutien de la majorité des membres de l’ONU, l’Etat israélien, ils n’ont fait que de repousser le problème sur une autre nation, les palestiniens. Ensuite, au lieu de forcer Israël à respecter les frontières fixées en 1948, ils n’ont fait que regarder ailleurs lors de chaque annexion, de chaque colonie créée en territoire occupé. Maintenant encore, ces pays regardent la construction d’un autre mur de la honte en faisant semblant de ne pas le voir. A force de ne rien vouloir voir on devient aveugle….

Commentaires

Très juste le commentaire bleu. Mais on est dans le domaine du tabou, obtenu par des pressions intellectuelles depuis plus de 50 ans. Allez raisonner sainement après: le premier qui parle (en parlant de pays), on le flingue. Qui "on": ceux qui se croient intouchables.

Écrit par : Victor Devaud | 21/04/2009

C'est bien beau de faire des conférences sur le racisme...
Tant que les gouvernements ne changent pas,il y aura toujours le racisme.
Quand on voit que la Suisse se dit démocrate,où est-elle la démocratie?Où est la liberté d'expression,pour nous les gens de ce pays?On est des gentils petits moutons qui se font tondre par la politique et la confédération.Payer,toujours payer et qu'a t-on en échange?Rien aeulement des lois qui ne sont pas faites pour nous...

Écrit par : Bouchat | 22/04/2009

Les commentaires sont fermés.