17/05/2009

Médecines complémentaires: le camp du "oui" presse Couchepin

Le peuple a donné un mandat clair au Conseil fédéral et au Parlement en faveur des médecines complémentaires. Pour les partisans du "oui", cela devrait se traduire par un retour dans l'assurance maladie de base des méthodes exclues en 2005.


Dans les faits, elles pourraient à nouveau être remboursées d'ici mi-2010 ou début 2011, estime le conseiller aux Etats et vice-président du comité des partisans Rolf Büttiker. Reste à savoir si les cinq méthodes en question ou une partie d'entre elles seulement le seront. Si l'efficacité d'une méthode ne convainc pas, celle-ci ne sera pas réintégrée parmi les médecines remboursées par l'assurance de base.

Mais pour la conseillère aux Etats socialiste Simonetta Sommaruga, il ne fait aucun doute que les cinq médecines en question répondent aux critères d'efficacité, d'adéquation et d'économicité pour faire partie du catalogue de l'assurance de base. Si Pascal Couchepin ne les réintègre pas, "ce sera le Parlement ou son successeur".

"La volonté populaire doit être respectée, mais il faut rester pragmatique", tempère la conseillère nationale PDC Thérèse Meyer (FR).Il faut reprendre l'évaluation de certaines de ces médecines et voir de manière plus approfondie si elles correspondent aux critères. Le PLR se montre également prudent.

Les rares partis et organisations qui militaient pour le "non" se déclarent peu surpris que les débats actuels sur la hausse des coûts de la santé et des primes maladie n'aient pas plus influencé les citoyens. Il y a pourtant une "contradiction" puisque l'extension des prestations risque fort d'augmenter encore les primes, estime Thomas Daum, président de l'Union patronale suisse.

"Il faut maintenant espérer que la majorité du peuple qui a voté oui ne s'énerve pas si les coûts augmentent encore", ajoute-t-il.

 

Notre ministre de l’intérieur a du souci à se faire…Il n’a pas réussi, de loin, de très loin, à convaincre les citoyen(ne)s de refuser le texte concernant les médecines alternatives. Les amis assureurs du ministre vont finir par penser que cet ami là est plus un obstacle qu’un atout. Le sachant sur le départ, il à 67 ans, les assureurs vont sans doute penser qu’il est temps pour eux de changer de poulain. Les soutiens politiques du ministre cherchent déjà à minimiser le résultat et les moyens de ne pas mettre en œuvre la volonté du peuple. Lorsque Monsieur Thomas Daum s’étonne que le peuple ait accepté cette initiative alors qu’elle va probablement augmenter les primes d’assurances. Monsieur Daum sait-il que les assurances ont pour la plupart proposé d’inclure les médecines alternatives pour une surprime modique ? Je vois mal un assureur expliquer que la surprime d’environ 5 francs par mois pour être couvert pour les médecines alternatives deviendrait tout à coup beaucoup plus parce qu’à nouveau dans la couverture de base.

Il est temps que Monsieur Couchepin tire sa révérence, qu’il prenne avec lui les trente francs que seuls les malades auraient dû payer. Qu’il profite d’une retraite longue et en bonne santé.

Les commentaires sont fermés.