29/06/2009

Caisses de pensions: l'USS veut une hausse anticipée des rentes AVS

L'USS demande une adaptation extraordinaire des rentes AVS pour 2010. Par cet ajustement du 1er pilier, elle veut donner aux retraités ce que la plupart des caisses de pensions, soit le 2e pilier, ne peuvent plus leur garantir: la compensation du renchérissement.


En anticipant d'un an l'adaptation, les rentes augmenteraient probablement de 1,3%, soit 300 francs pour une rente moyenne, a expliqué le président de l'Union syndicale suisse (USS) Paul Rechsteiner. Il estime le coût de la mesure à 500 millions. Pour lui, un réexamen des rapports entre le 1er et le 2e pilier s'impose. La crise a montré les risques liés au système actuel.

Selon des estimations de l'Office fédéral des assurances sociales, près de six instituts de prévoyance sur dix sont en découvert. Pour l'USS, les caisses doivent se garder de se recapitaliser dans l'urgence si la sous-couverture est due à la conjoncture. Toute hausse des cotisations aggraverait la crise en privant les personnes concernées d'une partie de leur pouvoir d'achat, a-t-il mis en garde.

Pas question non plus de faire porter la facture aux seuls employés, s'est insurgée la syndicaliste Colette Nova. Les employeurs doivent aussi participer aux mesures d'assainissement.

Lorsque la facture est trop lourde pour être réglée par les partenaires sociaux, la centrale syndicale en appelle à l'aide de la Confédération. Elle souhaite la création d'une base légale permettant à l'Etat de venir en aide aux instituts de prévoyance en difficulté lorsque ces derniers ont une part élevée de retraités.

 

L’USS n’est pas gênée ! Réclamer au contribuable de passer à la caisse pour renflouer des caisses de pensions mal gérées en prétextant que la Confédération a injecté 68 milliards dans l’UBS…(Déclaration de Monsieur Schwab sur la RSR lundi 29 juin). Monsieur Schwab devrait avoir l’honnêteté de préciser que la Confédération n’a injecté que 6 milliards dans l’UBS sous forme de prêt à un taux plus qu’intéressant, le solde étant prêté par la BNS. Un accord étant intervenu pour la répartition des bénéfices futurs probables de ce refinancement. Oubliant ces faits, l’USS réclame « en compensation » un subside en faveur de certains retraités.

Si je comprends la difficulté de ces retraités, j’ai aussi les miennes. Je dois cotiser un supplément pour reconstituer les réserves de ma propre caisse, j’ai aussi payé des impôts pour financer l’UBS. Ces efforts ne sont pas suffisants du point de vue de l’USS puisque elle me réclame maintenant de cotiser également à la recapitalisation d’autres caisses. Que l’USS revoie sa copie> !

Commentaires

L’USS veut trop!

Écrit par : Marvin @ long distance telephone | 19/10/2009

Les commentaires sont fermés.