03/08/2009

TVA pour l'AI: votation à hauts risques en pleine crise économique

Le sort de la hausse de la TVA en faveur de l'AI, soumise au peuple le 27 septembre, est incertain. Le report de l'entrée en vigueur d'une année pour cause de crise économique ne suffira peut-être pas à convaincre la majorité de se sacrifier pendant sept ans.


Le but de l'augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est de renflouer les caisses déficitaires de l'assurance invalidité (AI). Le trou avoisine 13 milliards de francs et menace l'équilibre du fonds de compensation de l'AVS auquel les finances de l'AI sont liées pour l'heure.

Pour résorber le déficit, la TVA devrait progresser 0,4 point pour atteindre 8%, de janvier 2011 à fin 2017. Le taux réduit sur les biens de première nécessité passerait à 2,5% (+0,1 point) et le taux spécial pour l'hôtellerie à 3,8% (+0,2 point).

"L'augmentation de la TVA est acceptable, puisqu'elle n'entraîne qu'un supplément de 40 centimes sur 100 francs", se plaît à souligner Pascal Couchepin. Pour le ministre de l'intérieur, l'avenir de l'AI et de l'AVS en dépend.

Outre l'apport de deniers supplémentaires, un "oui" le 27 septembre permettra de créer un fonds de financement autonome pour l'AI, doté d'un capital de départ de 5 milliards. Ce sera un net avantage pour l'AVS, dont la fortune est rongée par la dette de l'assurance invalidité à raison de 1,4 milliard par année.

"En cas de refus, il n'y a pas de plan B", a averti Pascal Couchepin. L'alternative serait de réduire les rentes de 40%, ce qui est impossible aux yeux du conseiller fédéral.

Le gouvernement nous a déjà « eu » avec des impôts « temporaires » (Défense Nationale). Pour quelle(s) raison(s) le peuple accepterait de passer à la caisse pour renflouer l’ A.I. alors que le gouvernement a su trouver, souvent très vite, des solutions pour d’autres causes, (Swissair, UBS).

Pascal Couchepin explique que cette augmentation est acceptable puisque la hausse est très faible.

4 francs par 1000 francs de dépenses soumises à la TVA. Impossible cependant d’y échapper. Point n’est besoin de sortir de calculette, le gouvernement l’a fait : 13 milliards en 8 ans. Cela représente plus de 4 millions par jour ! Auxquels il faut ajouter les 5 milliards prévus pour le capital de départ de l’AI nouvelle. (Soit près de 1,7 millions supplémentaires quotidiennement)

Pascal Couchepin a raison, ce sont des clopinettes !

En affirmant que c’est la seule solution, P. Couchepin prépare le terrain pour son successeur….

Commentaires

Votez non pour la modification de la TVA en faveur de l'AI:
le milliard annuel existe déjà!
Explications:
1/primes annuelles versées aux et par les assurances : 26 milliards Frs
2/30% des gens changeront de caisse : 30% de 26 milliard = 7,8 milliards
3/taux minimum des réserves est 12,5%, ce qui corresponds à 0.975 milliards des réserves. Et ce n'est que le taux minimum
4/ 0.975 milliards de réserves des caisses "délaissées" vont devenir la propriété des assurances.
7/ 0.975 milliards de réserve devront être reconstituées par les assurés dans leurs nouvelles assurances, qui ont déjà empoché les réserves des partants.
Voilà le milliards annuel en faveur de l'AI. Merci à Couchepin et Mr Revaz!

Écrit par : lavoix | 09/09/2009

@lavoix,
Bonjour, merci pour votre commentaire.
Vos calculs sont intéressants et logiques. Cependant vous partez de l'hypothèse que 30% des assurés maladies changeront de caisse. C'était peut-être le but de Madame Dreyfuss lorsqu'elle a introduit la Lamal, mais c'est très loin d'être la réalité. Je ne suis même pas sûr que le taux d'assurés changeant de caisse soit supérieur à 10%. L'office fédéral de la statistique devrait pouvoir nous éclairer sur ce sujet. Je leur poserai la question et publierai leur réponse.

Écrit par : salegueule | 09/09/2009

Les commentaires sont fermés.