03/09/2009

Baromètre électoral: recul des électeurs UDC - le PS se reprend

Les électeurs UDC sont démobilisés, selon le baromètre électoral de mi-législature de la SSR. Si les Suisses avaient renouvelé le Conseil national le mois passé, le premier parti du pays aurait vu sa force électorale reculer de 4,1% à 24,8%.


Cette nette baisse n'est pas due à un transfert d'électeurs, mais à leur démotivation. Une bonne partie des sympatisants UDC de 2007 ne se seraient tout simplement pas rendus aux urnes au moment où le sondage a été mené, entre le 17 et le 29 août, note l'institut gfs.bern qui a interrogé 2035 électeurs.

Le PS se redresse en recueillant 20,4% d'intentions de vote, contre 19,5% lors des dernières élections fédérales en 2007. A ses côtés, les Verts poursuivent leur ascension avec une hausse de leur force électorale de 9,6% à 10,1%.

Le Parti bourgeois-démocratique (PBD), dernier parti à avoir vu le jour à la suite de la scission avec l'UDC, enregistre 3,4% des intentions de vote. Selon gfs.bern, ce bon début ne s'est pas fait au détriment de l'UDC mais des libéraux-radicaux (PLR).

Avec une force de 16,7%, le PLR se trouve toujours devant le PDC (15,3%). Les deux partis ont légèrement amélioré leurs résultats. Les Verts libéraux ont le vent en poupe en doublant quasiment leur score de 1,4% à 3,2%.

Concernant l'élection du Conseil fédéral, les sondés sont 59% à vouloir en laisser la compétence au Parlement et à vouloir augmenter la durée de la présidence de un à deux ans. Une élection du gouvernement par le peuple est soutenue par 39% seulement des personnes interrogées.

 

L’analyse de ce sondage est affligeante de mauvaise foi ! Prétendre que les voix obtenues par le PBD proviennent du PLR et pas de l’UDC alors que les membres de ce nouveau parti sont pratiquement tous des transfuges de l’UDC. Pour eux ce serait un désaveu total s’ils n’avaient pas été capables de « tirer » une partie de leurs électeurs des précédentes élections. Pour le PLR cela démontrerait une force à remplacer ces sympathisants qui surprend passablement. Que n’ont-ils donc pas fait pour convaincre ces gens là en 2007 ? Ils ne seraient pas en position de faiblesse maintenant avec le PDC en face… Les Verts ne progressent plus. Ils ont sans doute montrés leurs limites. L’UDC reste donc le premier parti, le PBD risque de ne pas survivre à la première campagne fédérale, le PDC reste clairement le 4ème parti de Suisse et devrait peut être retirer la candidature d’Urs Schwaller. Il ne peut donc pas prétendre au deuxième siège gouvernemental qu'il pensait devoir occuper.

 

20:44 Publié dans Politique, Suisse | Tags : udc, ps, pbd, plr, pdc, verts | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.