08/09/2009

Le PDC envoie Urs Schwaller dans la course au Conseil fédéral

Urs Schwaller sera bel et bien le candidat démocrate-chrétien au Conseil fédéral. Sans suprise, le groupe parlementaire PDC/Verts libéraux/PEV a désigné le conseiller aux Etats fribourgeois. Ce dernier a fait le plein des voix lors d'un vote au bulletin secret: 48 voix sur 48 exprimées.


Le Tessinois Luigi Pedrazzini et le Fribourgeois Dominique de Buman ont retiré leur candidature avant le scrutin, a précisé la vice-présidente du groupe Brigitte Häberli. Trois des 52 membres du groupe étaient absents et Urs Schwaller n'a pas participé au vote, qui a eu lieu en un seul tour.

S'agissant d'une candidature de combat à la succession de Pascal Couchepin, il est essentiel que le groupe soit uni, a estimé Urs Schwaller à l'issue de la séance. "Je suis convaincu que nous avons une chance", a affirmé le Fribourgeois de 56 ans.

"Nous avons choisi le meilleur candidat, celui qui a le plus de chances d'être élu, qui vient d'un canton romand et parle parfaitement français", a renchéri Brigitte Häberli pour répondre à la question de l'origine alémanique d'Urs Schwaller.

Le paramètre de la latinité est certes important, mais la stratégie globale l'est encore davantage dans une élection de combat, a ajouté le conseiller national Dominique de Buman. Pour le candidat malheureux à la candidature, "la priorité est de renforcer le centre au Conseil fédéral; je me suis retiré pour donner le signal fort d'un groupe uni".

Le conseiller aux Etats tessinois Luigi Pedrazzini a fait lui aussi contre mauvaise fortune bon coeur. "Je savais que le groupe devrait tenir compte d'autres paramètres que l'appartenance régionale des candidats".

Urs Schwaller a immédiatement recentré le débat, il est alémanique!

C’est en allemand qu’il a annoncé le choix de son parti pour le remplacement de P. Couchepin.

Les élus PDC qui viennent de le choisir au détriment d'un vrai latin viennent de comprendre qu'ils se sont fait avoir!

La seule bonne nouvelle dans ce choix pourrait être la non élection d’Urs Schwaller. En effet le grand démolisseur de la concordance de notre gouvernement a déclaré qu’en tant que président il assumerait ses erreurs. Les récents évènements nous ont démontrés que le manque de collégialité au sein du Conseil Fédéral n’était pas le fait de l’UDC C. Blocher. Depuis que celui-ci n’est plus là depuis près de 2 ans, grâce au PDC C. Darbellay, force est de constater que lle taux de collégialité du CF a fortement diminué. Il est sans doute bien plus bas que lorsque le tribun de l'UDC gouvernait.

Depuis l' élection de C. Darbellay à la tête du PDC, ce parti sème une zizanie invraisemblable dans le gouvernement. Pour retrouver un siège perdu dans les urnes, pas par une manipulation politique de l’UDC ou de C. Blocher comme le prétend C. Darbellay, ce dernier met en jeu la représentativité latine au sein du CF en cas de victoire de son « poulain » ou la crédibilité de ce dernier en cas de victoire d’un PLR.

De plus qui lâchera C. Darbellay dans le cas ou Urs Schwaller serait élu le 16 septembre et que le PDC se retrouve, encore une fois en 4ème position lors des prochaines élections fédérales ?

Comment les électeurs PDC acceptent-ils le fait de s’allier systématiquement avec la gauche lors des élections au CF ? Le supporteront-ils longtemps ?

La vraie bonne nouvelle c'est que les jours de C. Darbellay à la tête du PDC sont comptés...

 

Commentaires

Petite question :

Pourriez-vous me donner 2-3 exemples de rupture de collégialité du CF ces 2 dernières années ?
ça ne devrait pas être difficile pour vous, puisque vous dites : "Depuis que celui-ci n’est plus là depuis près de 2 ans, grâce au PDC C. Darbellay, force est de constater que lle taux de collégialité du CF a fortement diminué"

merci

Écrit par : Philippe C | 09/09/2009

@Philippe C.
Bonjour, merci pour votre commentaire.
Le premier exemple qui me vient à l'idée, c'est le commentaire de madame E. Widmer-Schlumpf sur l'accord avec la Libye signé par le président Merz.
Un second est la proposition de la ministre du DFAE d'envoyer des soldats suisses dans le Golfe sans l'aval ni du CF ni du département concerné. Et si vous prenez la peine de lire la presse, vous en trouverez d'autres...

Écrit par : salegueule | 09/09/2009

Les commentaires sont fermés.