17/02/2010

Compte 2009: excédent important malgré la récession

Malgré la récession économique, le solde de financement ordinaire de la Confédération affiche, pour l'exercice 2009, un excédent de recettes de 2,7 milliards, dépassant ainsi le montant budgétisé de 1,8 milliard.


Cette nette amélioration par rapport au budget est imputable non seulement aux recettes supplémentaires, notamment de l'impôt anticipé, mais aussi aux diminutions de dépenses. Le solde du compte 2009 est d'autant plus remarquable que le Parlement a accordé plus d'un milliard supplémentaire pour stabiliser la situation économique. Ce solde témoigne ainsi de la discipline stricte à laquelle le Conseil fédéral et l'administration se sont soumis en matière de dépenses. La vente de l'emprunt à conversion obligatoire de l'UBS a permis la réalisation de recettes pour un montant d'environ 7,2 milliards, comptabilisé en majeure partie au titre de recettes extraordinaires. Au total, l'excédent atteint la somme réjouissante de 9,7 milliards. La dette de la Confédération a ainsi pu bénéficier d'une réduction massive de 11 milliards, pour s'établir désormais à 111 milliards.

 

Cela prouve, une fois de plus si cela était nécessaire, que les pays de l’UE se sont complètement trompés dans la gestion de la crise financière. L’Irlande en garantissant unilatéralement ses banques a commis une erreur catastrophique et a entraîné dans son sillage les autres pays européens. Les gouvernements de ces derniers n’ont pas plus réfléchi que les responsables de l’Etat irlandais. Sous pression, la Suisse a trouvé d’autres solutions qui s’avèrent maintenant d’une remarquable efficacité. Contrairement à tous les pays d’Europe, la santé financière de notre pays s’est largement améliorée alors que celle de nos voisins, plus ou moins proches, s’est détériorée de façon parfois spectaculaire. Les actuelles attaques contre notre secret bancaire, malgré la levée de la nuance fraude fiscale/évasion fiscale, va peut être pousser (encore plus?) les contribuables étrangers les plus aisés à s’installer en Suisse. Ce qui était le choix des plus riches risque de devenir le choix de beaucoup. Même sans se voir offrir les fameux forfaits, la crainte de voir la fiscalité de leurs pays respectifs augmenter fortement convaincra les hésitants de faire le pas vers un pays stable et peu endetté.

En ne considérant pas la Suisse comme un partenaire fiable et très important en terme de finance, les pays du G20 n’ont pas su tirer profit de l’expérience de nos financiers. En appliquant les recettes que la BNS et la FINMA ont concoctées, les Etats européens et leurs contribuables se seraient épargnés bien des soucis. Alors que l’Europe « Unie » (pour combien de temps encore ?) cherche encore le moyen de sauver la Grèce sans être sûr pour l’instant que l’Espagne, le Portugal et l’Italie ne sont pas dans la même situation, la petite Suisse démontre que, dans ce cas, l’ « isolement » que nous reproche beaucoup, tant dans les médias que les partis pro européens, l’isolement a du bon. Si la Suisse avait fait partie de l’UE telle qu’elle fonctionne actuellement, nous serions en faillite! Comme les autres pays européens.

Les historiens iront-ils jusqu’à dire que la Suisse a été sauvée par l’UDC et surtout par nos concitoyen(ne)s qui ont suivi ce parti dans sa lutte pour la souveraineté de notre petit pays ?

Commentaires

Dans son dessin d'aujourd'hui Herrmann a parfaitement illustré ma pensée.....

Merci à Lui.

Écrit par : salegueule | 17/02/2010

Bien vu et analysé! Mais la subtilité, au vu du contexte ambiant, aurait été d'y mettre encore un bon milliard et demi pour couvrir la dette.....histoire de ne pas trop mettre en évidence que nos argentiers sont si efficaces!
Les susceptibilités UE and US vives, n'auront que plus d'aigreurs et de besoin de les exprimer.
Notre force c'est notre courage et notre bon sens et là-derrière l'UDC de Monsieur Blocher devra un jour recevoir la reconnaissance méritée!

Écrit par : Corélande | 17/02/2010

Bon, si nous rêvions un peu avec Utopia, qui a posté sur Pnyx une drôle de question-débat:

Demain, il n'y a plus de fraude fiscale en Europe ! L'UE va avoir 200 000 000 000 € (oui, deux cents milliards) à dépenser par an ! On en fait quoi ?

On met tout dans l'aide au développement et humanitaire ? Dans les aides à la formation et à la recherche ? Dans des grands projets, réseaux transport-énergie ? Dans un super bouclier sécuritaire Shengen + + ? Dans la prise en charge des intérêts de la dette ? On donne un chèque annuel de 400 € à chaque européen, bébés compris ? Dans le soutien à la création artistique ? Dans une mega teuf dans toutes les capitales chaque 9 Mai ? etc …

A votre avis ? Le détail : http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/536

Écrit par : OrangeOrange | 17/02/2010

@Utopia via OrangeOrange,
Bonjour, Merci pour votre commentaire.
Le fait d'augmenter le budget européen de 200 milliards d'Euros ne changerait pas grand-chose à cette machine à créer de la dépense inutile. Ce ne serait que de l'argent perdu........

Écrit par : salegueule | 17/02/2010

Il suffit de consulter ce graphique et comparer les pays dépensiers comme la France l'Italie ou l'Allemangne qui nous emmerdent avec notre fiscalité et les autres comme ceux de scandinavie tel la Suède qui nous fou la paix.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/a79ab890-0a6b-11df-811c-d996489948b4/

D.J

Écrit par : D.J | 17/02/2010

@DJ,
Bonjour, merci pour votre commentaire. La contribution que vous apportez à mon billet est éloquente et je vous en remercie.
Ce graphique est très explicite.

Écrit par : salegueule | 18/02/2010

Les commentaires sont fermés.