28/09/2010

Une rocade gouvernementale qui fâche la presse

 

«Putsch», «champ de bataille», «guéguerre partisane»: le grand chambardement au Conseil fédéral annoncé lundi n'est pas du goût de la presse suisse. Pour la majorité des éditorialistes, cette redistribution des ministères ne devrait pas ramener de la sérénité au gouvernement.    lire la suite

 

 


Dans les gazettes de ce mardi, Christian Levrat, le président du Parti socialiste, affiche un peu partout sa colère. Pour la première fois depuis 1960 et l'entrée durable des socialistes au Conseil fédéral, le PS ne dirigera en effet plus aucun des trois départements clés, à savoir les Finances, les Infrastructures et l'Intérieur.

L'incompréhension est partagée par la majorité des éditorialistes, qu'ils soient francophones ou germanophones. En votant en bloc (5 contre 2), la droite «prend le risque de marginaliser les socialistes minoritaires au gouvernement. On ne s'y prendrait pas mieux si on voulait pousser le PS à se radicaliser», estime ainsi Le Temps.

Pas de doute, la grande perdante de la rocade orchestrée par les partis de centre-droit se nomme Simonetta Sommaruga. Elle devient en effet la première socialiste à hériter du département de Justice et Police: «Un 'honneur' dont elle se serait bien passé, tant le contre-emploi est manifeste»,

 

 

Le président d'un parti responsable de la nonréélection de C. Blocher en 2007 vient de commencer à comprendre comment il a été manipulé par son « ami » président du PDC...

Il a pris une seconde leçon dans le même temps, à savoir que comme l'a souvent dit Charles Pasqua, l'ex ministre français, les promesses politiques n'engagent que ceux qui les croient........

Le cas du PS étant réglé, le suivant sur la liste sera sans doute le PDC. Son président C. Darbellay à force de se croire plus fort et plus malin que tout le monde vient de se mettre à dos le PS. Il avait déjà l'UDC, cela va faire beaucoup pour ce parti s'il n'arrive pas à redresser très fortement la barre aux élections de 2011. Dans le cas où ce parti serait « encore » 4ème, le siège de Doris Leuthard sera sans doute disputé par les Verts qui auront cette fois le soutien certain du PS et probable de l'UDC. Comme Ruth Metzler Doris Leuthard devra rentrer à la maison. Evelyne Widmer Schlumpf, en choisissant de changer de département, a cru, probablement comme C. Levrat, à des promesses qui n'engageaient qu'elle. Elle ne sera probablement pas réélue en 2011.

 

 

20:09 Publié dans Politique, Suisse | Tags : cf, udc, pdc, plr, ps, gouvernement | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.