14/02/2011

Clandestins: la nouvelle Tunisie vit sa première crise diplomatique


 

Nos politiciens (et ceux de l'UE) deviennent ils fous ? N'ont-ils rien d'autre à faire ?

La Tunisie libérée de la « dictature » de Ben Ali ferait fuir des milliers de tunisiens vers l'Italie d'abord puis sans doute vers l'Europe ensuite. Nos politiciens entendus sur la RSR dans l'émission Forum de ce soir (14.02.2011) disent se préparer à une vague de réfugiés d'ici à un mois environ. Les services en charge de l'immigration ont probablement d'autres chats à fouetter que de s'occuper de clandestins qui ne pourront certainement pas demander un statut de réfugié politique. Il ne s'agit là que d'opportunistes profitant de la gabegie de l'Etat tunisien pour essayer de profiter de la vieille Europe. Alors que ce peuple a réussi courageusement à se défaire d'un dictateur, ce peuple doit se rendre compte que c'est avec un courage encore plus grand qu'il doit se sortir de la misère économique. En travaillant en Tunisie, pas en allant concurrencer les travailleurs européens déjà dans une grande difficulté.

Les taux de chômage dans les différents pays de l'UE devraient faire réfléchir les partis de gauche sur l'incohérence qu'ils montrent en continuant à défendre les immigrés de tous poils au lieu de défendre les intérêts de leurs nationaux, de ceux qu'ils sont en devoir de protéger.

L'UE devrait clairement annoncer que les clandestins n'auront plus aucun droit économique, sanitaire ou social s'ils n'ont pas le statut de réfugié politique.

Le déferlement de clandestins se tarira de lui-même si ces personnes ne vivent pas mieux en Europe que chez eux.

 

Les commentaires sont fermés.