03/12/2015

Le PS auditionnera les trois candidats UDC au Conseil fédéral

Le Groupe socialiste a décidé aujourd’hui d’auditionner les trois candidats officiels de l’UDC au Conseil fédéral. Les auditions se dérouleront le mardi 8 décembre. Le Groupe socialiste a également défini les critères sur la base desquels les candidats seront évalués. Ainsi, un membre du gouvernement doit reconnaître les droits humains et la CEDH, il doit estimer l’asile à sa juste valeur et aspirer à des relations constructives avec l’Europe.


Le PS pense-t-il qu’il a le droit de fixer les règles pour entrer au C.F. ?

Nous savons que les partis de gauche ont une tendance « naturelle » à la dictature plus qu’au respect de la volonté populaire. La culture de la gauche en général et du PS en particulier à vouloir donner des leçons à toutes et tous sur tout est une habitude frisant le TOC. Les élections ont clairement démontré que le premier parti de Suisse est l’UDC et même si l’argument favori de C. Levrat « 70% des suisses n’ont pas votés UDC » est tout à fait correct, il omet de préciser que plus de 80% des mêmes suisses n’ont pas votés PS…

Si j’étais de l’UDC ou du PLR, j’exigerai que les candidats au C.F. du PS s’engagent à reconnaître la priorité du droit Suisse sur le droit international, à créer une convention des devoirs de l’homme en face celle des droits de ce même homme ! De ne pas demander d’augmentation d’impôts, ou à diminuer le nombre de fonctionnaires ou quelques engagements de ce style pour obtenir les suffrages des députés de droite.

La formule magique ne l’est que si l’on respecte les choix du peuple, les magouilles pour les modifier ne font que renforcer ceux qui sont injustement écartés. Pour mémoire l’UDC est plus forte maintenant que lors de l’éviction de C. Blocher et de la scission qui a suivi. L’alliance PDC-PS a fait son œuvre.

La pression exercée par ce parti sur F. Matthey lors de son élection de 1993, élection qu’il dut refuser alors qu’il avait les compétences pour accéder à ce poste est-elle si différente que l’exigence de l’UDC auprès de ses membres de refuser par avance une même élection ? Le PS cependant accepta la « nomination » de Ruth Dreyfus. La Conseillère Fédérale à qui l’on doit les primes d’assurances maladies actuelles « grâce » à SA Lamal. Cet impôt en faveur d’entreprises privées dont le taux n’est pas maîtrisé par les pouvoirs publics ! Impôt que son successeur, Pascal Couchepin, a tout fait pour prolonger tant il est profitable aux assureurs dont le valaisan Groupe Mutuel.

Les membres du Conseil Fédéral doivent être les porteurs des idées de leurs partis, pas des partis adverses !

Commentaires

Merci pour cet article.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 04/12/2015

Les commentaires sont fermés.