16/01/2008

L'Etat de Genève met un terme à l'affaire Hani Ramadan

Le Conseil d'Etat genevois a mis fin au contentieux qui l'opposait à Hani Ramadan. L'enseignant, licencié pour avoir défendu la lapidation des femmes et des hommes adultères, perçoit une indemnité de départ de 255'000 francs.
Ce montant correspond à 24 mois du dernier salaire que touchait Hani Ramadan lorsqu'il était encore employé au Département de l'instruction publique. "Nous avons opté pour l'indemnité maximale afin de garantir la paix des ménages", a déclaré devant la presse le président du gouvernement genevois Laurent Moutinot.
L'Etat de Genève va également rembourser les frais d'avocat de M. Ramadan, qui s'élèvent à 90'000 francs. La décision du gouvernement genevois permet de clore définitivement une affaire qui avait éclaté en automne 2002. A cette époque, Hani Ramadan avait publié une tribune libre dans "Le Monde".
Dans les colonnes du journal français, il défendait la lapidation des femmes et des hommes adultères. Cette position avait fait bondir le gouvernement genevois, qui estimait que M. Ramadan avait violé son devoir de réserve en tenant de tels propos et n'avait plus sa place dans l'enseignement public.

 

S’il suffit de défendre la lapidation des femmes et des hommes adultères pour obtenir 2 ans de salaire à l’Etat de Genève ainsi que  les frais d’avocat, de nombreux fonctionnaires devraient soutenir les thèses de Monsieur Ramadan. Le con(tribuable) genevois s’est fait avoir !!!!!!
L’article n’en parle pas, mais il prend certainement son capital retraite aussi…..!

Le citoyen a-t-il un moyen de recours?

 

22:02 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (1)

10/01/2008

Genève: Daniel Zappelli répond à Bernard Bertossa

Le procureur général genevois Daniel Zappelli ne goûte pas du tout les attaques émises à son encontre par son prédécesseur Bernard Bertossa dans les médias. Pour lui, "l'éthique et l'élégance" devraient empêcher un ancien magistrat de critiquer un de ses pairs.
Récemment retraité du Tribunal pénal fédéral, Bernard Bertossa, membre du Parti socialiste, avait appelé les Genevois mercredi dans les colonnes du "Temps" à ne pas réélire le procureur général radical lors des élections judiciaires en avril. Il estime que M. Zappelli n'a pas l'étoffe suffisante pour sa fonction.
Dans une interview parue dans "Le Matin", Daniel Zappelli qualifie cet assaut de "désolant", mais il refuse de s'en prendre à son tour à son prédécesseur. Il observe simplement que Bernard Bertossa "n'a pas respecté son devoir de réserve" et qu'il n'a pas argumenté ses reproches.
Le procureur défend son bilan: "J'estime avoir mené une politique cohérente et complète envers les criminels". Il affirme qu'il n'y a jamais eu autant de condamnations de criminels en col blanc que sous son mandat et que le nombre de condamnations de petits délinquants a doublé. Il estime être paré pour affronter d'autres critiques à l'approche des élections. 

 

Monsieur Zappelli vient de démontrer, par ses dires, la conduite que son prédécesseur aurait dû suivre. Probablement que l’éviction de C. Blocher du Conseil Fédéral est monté à la tête de ce socialiste…….

 

19:08 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (1)

09/01/2008

Bernard Bertossa critique Daniel Zappelli

Dans une interview parue dans "Le Temps", Bernard Bertossa critique durement Daniel Zappelli, qui lui a succédé en 2002 en tant que procureur général à Genève. Il appelle à ne pas réélire le magistrat radical lors des élections judiciaires d'avril.

Pour relever les défis à venir, "le Parquet devra être dirigé par quelqu'un qui a des compétences personnelles et professionnelles reconnues. Ce n'est manifestement pas le cas du procureur général actuel", assène Bernard Bertossa, lui-même affilié au parti socialiste. "Daniel Zappelli n'a pas su imposer de leadership."

En raison de son "absence d'autorité", le procureur général "n'a pas l'étoffe nécessaire", estime l'ancien juge au Tribunal pénal fédéral. "Il serait regrettable qu'il soit reconduit dans ses fonctions dans ces conditions."

 

Pas gonflé l’ancien procureur….

Pour quelqu’un qui n’a pas été capable d’empêcher un seul squatt de s’installer, venir parler de compétences est plutôt mal placé. C’est probablement parce que Bernard Bertossa n’est pas regretté à Genève qu’il pense que son successeur doit être viré…C’est petit !

 

22:38 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

08/01/2008

Genève: première diminution de la dette du canton depuis sept ans

La dette du canton de Genève a enregistré sa première diminution depuis sept ans. Au 31 décembre dernier, elle se montait à 12,26 milliards de francs, soit un recul de près d'un milliard de francs en une année.
Cette évolution positive résulte d'une conjoncture favorable qui a dopé les recettes et d'une maîtrise des dépenses de l'Etat. En 2006, les comptes du canton ont ainsi affiché un excédent de 205 millions de francs, a relevé le Département des finances. Le bonus devrait même atteindre 400 millions de francs en 2007.
Les transferts d'actifs de l'Etat à l'aéroport de Genève et aux Transports publics genevois ont aussi permis de diminuer légèrement la dette. Les 387 millions de francs de rentrées découlant des transferts d'actifs aux Services industriels genevois influenceront pour leur part l'exercice 2008, a noté le Département des finances.
La diminution "drastique" du niveau d'endettement du canton constitue une priorité du Conseil d'Etat genevois, a rappelé le Département des finances. Il s'agit toutefois d'une oeuvre de longue haleine, qui devra se poursuivre "largement au-delà de 2009".
L'objectif sera de parvenir à un endettement de 7 milliards de francs. Un montant qui correspond à une année de revenus de fonctionnement courant du canton de Genève. Pour atteindre ce but, le maintien des futurs comptes dans les chiffres noirs ne suffira pas. L'Etat devra notamment procéder à des cessions d'actifs.

 

Quand va-t-on nous annoncer qu’il y a eu une erreur de calc ?

Qu’on a oublié de prendre en compte telle ou telle dépense.

 

19:09 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

07/01/2008

Dépôt des armes de service à l'arsenal

Depuis le 2 janvier, les soldats genevois qui le souhaitent peuvent déposer leur arme de service gratuitement à l'arsenal. A ce jour, treize armes ont été remises aux bons soins des autorités cantonales. Mais d'autres devraient suivre.

 

 

 

13 armes sur combien ? 

Beaucoup de foin pour pas grand chose... (typiquement Genevois ?)

 

23:06 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (2)

Vaud: revenus de l'impôt sur les entreprises "hors normes" en 2007

Pascal Broulis, président pour cinq ans du Conseil d'Etat vaudois, s'est dit fier de la santé financière retrouvée du canton. Le ministre des finances annonce par ailleurs pour 2007 des rentrées "hors normes" pour l'imposition des entreprises.
Les revenus de l'impôt sur les entreprises seront deux fois supérieurs à la moyenne des dix dernières années, a déclaré le président du gouvernement vaudois. "Les cinq plus gros contributeurs du canton payeront quasi 40 % de l'impôt encaissé au niveau du canton", a-t-il ajouté.
En cinq ans, la dette vaudoise a diminué de 4,5 milliards, a encore indiqué M. Broulis. Elle se situe aux alentours des 4,1 milliards et devrait se stabiliser entre 3,8 et 4 milliards de francs.
Cet assainissement financier est "bénéfique pour le moral", souligne le conseiller d'Etat radical. "Il est aussi intéressant vis-à-vis l'extérieur: on sort du canton avec une plus grande fierté que par le passé. C'est important en terme de crédibilité et d'image". Vaud ambitionne désormais de retrouver une place importante sur la scène fédérale.

 

Heureusement pour les Vaudois et tant pis pour les Genevois, il n’y a pas de « mercato » pour les hommes politiques……………

 

23:03 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Conseil de l'Europe critique les polices suisses

Le Comité anti-torture du Conseil de l'Europe critique certaines pratiques des polices suisses. Il stigmatise notamment des "techniques d'étranglement", le "placement dans un cagibi" de suspects et les conditions de vie imposées aux détenus placés en isolement.
Le rapport préliminaire rend compte d'une visite effectuée par ses experts en Suisse du 24 septembre au 5 octobre et dont le Département fédéral de justice et police (DFJP) avait déjà rendu compte à l'automne. "A l'exception de la police de Genève, la délégation n'a recueilli aucune allégation de mauvais traitements physiques délibérés", écrit-il.
Dans la cité de Calvin, les experts du CPT ont recueilli des allégations concernant des coups de pied et de poing ainsi que l'utilisation de techniques d'étranglement destinées à faire régurgiter des stupéfiants lors d'interpellation par les policiers.
A Aarau, des détenus sont parfois placés pendant une demi-heure dans un cagibi sans fenêtre ni système de ventilation, de 2,3 m² environ, situé en sous-sol, souligne le CPT. "Un lieu offrant de telles caractéristiques ne convient pas à une détention, même de courte durée", dénonce-t-il.
La délégation s'est par ailleurs dite "préoccupée" par la situation des mineurs détenus par la police. Elle a eu connaissance de cas en Valais, en Argovie ou à Zurich où des mineurs étaient interrogés hors de la présence d'une personne adulte de confiance, voire signaient seuls des procès-verbaux d'interrogatoire.

 

Donc, il n’y a qu’à Genève (où c’est un socialiste qui est en charge de la Police, pas un UDC) que l’on détecte des problèmes….

 

22:51 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

01/01/2008

Genève: des courageux se sont jetés dans le Léman

Quelques dizaines de courageux se sont jetés dans le Léman à midi aux Bains des Pâquis, à Genève. Le "premier bain de l'année 2008" a ensuite été fêté avec une coupe de champagne, sous un soleil radieux.

Les "nageurs de l'hiver", habitués de ce genre d'exploit, ont affronté une eau qui atteignait à peine 4 degrés, selon le panneau affiché à la Rotonde des Bains. Dans l'après-midi, les bords du lac étaient pris d'assaut par des milliers de Genevois savourant leur journée de congé.

 

 

Est-ce vraiment du courage ?

 

18:23 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Genève: des courageux se sont jetés dans le Léman

Quelques dizaines de courageux se sont jetés dans le Léman à midi aux Bains des Pâquis, à Genève. Le "premier bain de l'année 2008" a ensuite été fêté avec une coupe de champagne, sous un soleil radieux.

Les "nageurs de l'hiver", habitués de ce genre d'exploit, ont affronté une eau qui atteignait à peine 4 degrés, selon le panneau affiché à la Rotonde des Bains. Dans l'après-midi, les bords du lac étaient pris d'assaut par des milliers de Genevois savourant leur journée de congé.

 

 

Est-ce vraiment du courage ?

 

18:23 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Genève: des courageux se sont jetés dans le Léman

Quelques dizaines de courageux se sont jetés dans le Léman à midi aux Bains des Pâquis, à Genève. Le "premier bain de l'année 2008" a ensuite été fêté avec une coupe de champagne, sous un soleil radieux.

Les "nageurs de l'hiver", habitués de ce genre d'exploit, ont affronté une eau qui atteignait à peine 4 degrés, selon le panneau affiché à la Rotonde des Bains. Dans l'après-midi, les bords du lac étaient pris d'assaut par des milliers de Genevois savourant leur journée de congé.

 

 

Est-ce vraiment du courage ?

 

18:23 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)