27/10/2007

Onex (GE): il exhibe une arme à feu devant un groupe de jeunes

Un homme âgé de 50 ans a exhibé une arme à feu chargée devant un groupe de jeunes vers 12h20 à Onex (GE). Alertée, la police a pu rattraper l'individu et a procédé à son interpellation.

Alors qu'ils tentaient de maîtriser le contrevenant, les deux gendarmes dépêchés sur place ont dû faire face à un groupe d'une dizaine de jeunes déterminés à régler le problème à leur manière, indique la police. Les deux jeunes précédemment menacés par le quinquagénaire ont en outre essayé à plusieurs reprises de s'emparer du pistolet. Ils ont également été interpellés.

 

 

Et dire qu’à Onex, le Canton veut fermer le poste de gendarmerie………

 

21:55 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

25/10/2007

Nicolas Deiss démissionne suite à la polémique des squats genevois

Le préfet de la Sarine Nicolas Deiss démissionne au 31 août 2008. Il invoque la polémique autour des squats genevois, ainsi qu'un manque de soutien et de confiance de la part du Conseil d'Etat. Le conseiller d'Etat Pascal Corminboeuf ne comprend pas cette décision.

"Nous n'avons pas eu de divergences sur d'autres sujets que le squat Rhino", a dit M. Corminboeuf. "Je tiens à le souligner", insiste le conseiller d'Etat. "Les choses se sont accumulées et lorsque vous voyez qu'avec un nouveau gouvernement rien ne change, alors il faut tirer les conséquences", a dit Nicolas Deiss.

M. Deiss n'a pas de problèmes avec les membres du gouvernement pris individuellement ou avec son parti, le PDC. La polémique autour des squats genevois serait la pointe de l'iceberg de tensions.

Nicolas Deiss avait fait quelques déclarations fracassantes dans la presse lémanique, soulignant notamment le fait qu'à Fribourg, "il n'y a pas de squat", et qu'à Genève, "on a un peu la mentalité française", et qu'"on n'aime pas l'ordre établi". Nicolas Deiss est le frère de l'ancien conseiller fédéral Joseph Deiss.

 

 

Surtout du fait des fribourgeois venus s’installer au bout du lac……..

 

20:19 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Une piste de ski au coeur de Genève

Les Genevois pourront s'adonner au plaisir de la glisse en pleine ville cet hiver. Du 5 au 9 décembre, la promenade des Bastions sera transformée en piste de ski. La Ville prêtera gratuitement les chaussures, lattes et bâtons.

Quelque 80 mètres cubes de neige seront déversés sur la pente entre le café Papon et la Place Neuve et 315 mètres de bitume disparaîtront sous l'or blanc, a indiqué Philippe Voirol, chef du Service des sports. Il confirmait une information publiée dans la "Tribune de Genève" et "20 Minutes".

La neige proviendra de la glace régulièrement râclée à la surface de la patinoire des Vernets, a précisé M. Voirol. La piste, éclairée, sera ouverte jusqu'à 21h00 et un tapis roulant permettra de remonter la pente.

Cette idée originale est née de la volonté du conseiller administratif Manuel Tornare d'animer la ville avec des activités ludiques et sportives, a précisé le chef du Service des sports. Le coût de l'opération est estimé à environ 100'000 francs, dont les trois quarts seront fournis par des partenaires et par des contre-prestations.

 

 

Mais qui a parlé de réchauffement climatique??????? ..

20:17 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2007

Genève: l'ex-patron de Servette Marc Roger reste sous les verrous

La Chambre d'accusation de Genève a prolongé de deux mois la détention de l'ancien patron du Servette FC Marc Roger. La cour a estimé que les risques de fuite du prévenu en France étaient trop importants pour envisager une libération provisoire.

Le Français, qui est soupçonné d'avoir précipité la faillite du club de football genevois, n'a pas assisté à l'audience. "Mon client a invoqué des problèmes de santé", a souligné son avocat. Marc Roger est inculpé de banqueroute frauduleuse, d'escroquerie, d'abus de confiance et de faux dans les titres.

Les juges ont estimé "graves et suffisantes" les charges pesant sur l'ex-patron du Servette. Selon la justice genevoise, il aurait notamment puisé dans les caisses du club pour alimenter son train de vie. A la demande de Marc Roger, la lecture de la décision de la Chambre d'accusation s'est déroulée à huis clos.

Marc Roger avait été arrêté une première fois à Genève en mars 2005. Il avait été libéré sous caution en juillet de la même année. A peine sorti de Champ-Dollon, il s'était réfugié en France et ne s'était plus présenté aux audiences d'instruction, avançant des raisons de santé. Après une longue procédure d'extradition, il a été remis aux autoritiés judiciaires suisses la semaine passée.

Marc Roger encourt une peine maximale de sept ans et demi de prison. L'ex-président du Servette n'est pas seul à être dans le collimateur de la jutice. L'ancien administrateur du club Olivier Maus a été inculpé de gestion déloyale, alors qu'un cadre d'une fiduciaire zurichoise est poursuivi pour blanchiment.

 

Dans des cas comme ça, on devrait remettre les compteurs à zéro ! C’est-à-dire ne pas compter les jours de préventives effectués avant l’arrestation et l’extradition en déduction de l’éventuelle peine de prison ferme à laquelle il pourrait être condamné. De cette façon, les libérés sous caution prendraient certainement le temps de tenir leurs promesses de se présenter aux convocations des juges.

 

23:02 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2007

Protection des animaux: la pratique diverge d'un canton à l'autre

Le droit des animaux est appliqué de façon très différente d'un canton à l'autre, constate la Fondation pour l'animal dans le droit. Pour l'an passé, elle relève une fois de plus que les bourreaux des bêtes ne sont pas suffisamment poursuivis et punis.

En 2006, 572 procédures pénales (+10%) ont été engagées pour des cas de maltraitance d'animaux en Suisse, a indiqué la Fondation pour l'animal dans le droit. Toutefois, de grosses différences existent entre les cantons. Argovie, St-Gall et Zurich sont cités en exemple par la fondation. Appenzell Rhodes-intérieures, Genève, Soleure, le Tessin, Uri et le Valais sont en revanche montrés du doigt. Dans ces cantons, aucun cas de cruauté envers des animaux n'a conduit à une procédure pénale.

 

 

En ce qui concerne Genève, c’est voulu. Il ne faut pas que les délinquants puissent se plaindre d’être moins bien traité que les animaux..

 

19:28 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

16/10/2007

Budgets cantonaux 2008: 19 cantons dans le noir, 5 dans le rouge

Sur les 24 budgets cantonaux 2008 déjà disponibles, 19 sont dans les chiffres noirs. Cinq cantons envisagent des déficits. Les deux Appenzell manquent encore. Au total, les cantons prévoient des excédents de l'ordre de 215 millions de francs.

Les cinq cantons qui sont dans le rouge prévoient une perte totale de 387,7 millions. La situation la plus grave concerne le Tessin, avec 174 millions. Genève suit avec 121 millions.

A Genève, deux facteurs particuliers sont responsables du déficit: la nouvelle péréquation intercantonale (RPT) et l'adoption de nouvelles normes comptables. Sans ces deux éléments, le budget aurait présenté un résultat positif de 47,2 millions.

 

Donc à Genève, le déficit n’est dû qu’à la façon de compter…

Je devrais appliquer la même façon pour ma déclaration fiscale, en déficit,  je ne paierais plus d’impôts…

Ils devraient changer la méthode pour transformer la dette en fortune…

 

18:58 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

L'affaire de la balle colorante à Genève tourne court

A peine ouvert, le procès d'un ancien capitaine de la police genevoise accusé dans le cadre de l'affaire dite de la balle colorante a été suspendu. Son avocat a demandé la récusation du tribunal in corpore.

L'ancien capitaine, jugé pour avoir autorisé l'usage du fusil marqueur qui a blessé une manifestante en mars 2003, comparaissait mardi devant le Tribunal de police. Son avocat, Me Robert Assael, a fustigé la composition de la cour. "Il n'est pas sain qu'un tribunal de gauche juge une affaire aussi politisée."

Suite à cette demande, le président du tribunal a dû suspendre l'audience, au grand dam du public venu soutenir la manifestante touchée par la balle colorante. La requête en récusation sera tranchée par le collège des juges du Tribunal de première instance. Le procès ne pourra sans doute pas reprendre avant quelques semaines.

Âgé aujourd'hui de 55 ans, le capitaine, désormais à la retraite, est accusé de lésions corporelles par négligence. Il avait donné son aval à l'usage d'un nouveau fusil marqueur, le FN 303, lors d'une manifestation anti-OMC fin mars 2003. Denise Chervet avait été blessée à la tempe par cette arme en phase de test.

Le gendarme qui avait tiré avec le FN 303 a été blanchi à deux reprises par la justice. Mais ce printemps, le procureur général Daniel Zappelli a condamné par ordonnance le capitaine à dix jours-amende avec sursis. L'ancien gradé ayant fait opposition, l'affaire se retrouve donc jugée devant le Tribunal de police.

 

Combien le contribuable aura-t-il payé en tout pour cette histoire ?

 

 

18:47 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

11/10/2007

Evacuation de Rhino: le TF a balayé les arguments de l'association

Une association qui a pour but d'occuper des locaux est en marge de la légalité. Elle peut être dissoute par une décision de justice, indique le Tribunal fédéral.

Publiant les considérants de l'arrêt qui avait, en mai dernier, enterré l'association Rhino, le TF écarte les uns après les autres les arguments de ses avocats, Pierre Bayenet et Nils de Dardel.

Il relève que l'association Rhino affichait clairement ses intentions dans ses statuts. Elle indiquait avoir pour vocation de "loger ses membres de façon économique et communautaire".

Elle précisait aussi vouloir s'efforcer de soustraire les immeubles "qu'elle occupe" du marché immobilier et de la spéculation. Trois mot de trop pour les juges de Mon Repos.

Car la lutte contre la spéculation immobilière ne peut être un but statutaire dès lors que les moyens utilisés sont illicites. Or, relève Mon Repos, il est "interdit de procéder à un retrait du marché immobilier par une occupation".

Et les conditions qui faisaient la spécificité du squat Rhino n'y changent rien. Ni la longue durée d'occupation des immeubles, ni les travaux d'entretien réalisés par les squatters ne permettent, selon le TF, d'aboutir à d'autres conclusions.

Le squat Rhino avait été évacué en juillet dernier par la police au terme d'une occupation qui avait duré dix-neuf ans. Les squatters avaient été délogés sur ordre du procureur général Daniel Zappelli et du conseiller d'Etat Mark Muller.

 

 

On peut dire que le TF a remis l’Eglise au milieu du village. Et dire qu’il a fallu attendre une « éternité » pour que le  bon droit soit respecté.

 

Les prochains squatters savent maintenant à quoi s’attendre.

 

 

18:47 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Fédérales 07: Genève protège ses données par cryptologie quantique

Genève réalisera une première mondiale à l'occasion des élections fédérales du 21 octobre. Le canton sécurisera par cryptologie quantique la ligne reliant l'espace de dépouillement centralisé d'Uni Mail à son centre de données des Acacias.

Ce codage inviolable des données a été développé par l'Université de Genève depuis une dizaine d'années, a expliqué le chancelier d'Etat Robert Hensler devant la presse. Il a été porté au stade industriel par sa "spin-off" id Quantique.

La sécurité absolue n'existe pas. "Dans le contexte des élections, la valeur ajoutée par ce système n'est pas de nous protéger d'attaques externes, car nous le sommes déjà", a relevé le chancelier. La cryptologie quantique permettra en revanche de contrôler si l'information a subi une altération lors de son transit entre la saisie et le stockage.

L'idée de base est d'inscrire une information sur un objet extrêmement fragile, un photon, a ajouté le professeur Nicolas Gisin, qui a développé le système. Si quelqu'un intercepte cette impulsion lumineuse sur les quatre kilomètres de fibre optique reliant UniMail aux Acacias, elle explose comme une bulle de savon, ce qui révèle l'intervention.

 

Donc Genève a trouvé le moyen de ne pas se  protéger d’un risque déjà couvert par d’autres moyens, en utilisant un nouveau système qui nous dira que quelqu’un a tenté d’intercepter des données informatiques. En sachant que ce «quelqu’un » ne peut pas intercepter les données puisqu’elles sont protégées par d’autres moyens. Par contre s’il ne se passe rien, cela voudra-t-il dire que personne n’a rien tenté ou que le nouveau système ne fonctionne pas ?

A Genève, on a vraiment du fric à perdre……..

 

18:35 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

02/10/2007

Genève: il frappe une dame parce qu'elle nourrit des chats

La police genevoise a arrêté un homme de 32 ans qui avait violemment agressé une femme le 20 septembre à Vernier (GE). Il avait commencé par insulter sa victime parce qu'elle nourrissait des chats abandonnés.

L'agresseur a sauté sur la dame qui est tombée à la renverse. Il l'a ensuite maintenue au sol et lui a frappé la tête contre une pierre à plusieurs reprises, a indiqué la police. Visiblement peu ami des animaux, l'homme avait déjà fait l'objet d'une plainte en avril 2006 après avoir agressé une femme qui nourrissait des oiseaux.

 

 

 

Encore un récidiviste qui va être laissé en liberté….

 

20:22 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)