Economie - Page 9

  • EURO 2008: la rougeole inquiète les experts européens

    Des centaines de milliers de fans de foot visiteront la Suisse et l'Autriche, sans être vaccinés contre la rougeole. Les responsables européens de la santé sont inquiets d'une possible propagation de la maladie dans d'autres pays d'Europe.

    Un groupe d'experts se rendra en Autriche avant l'EURO pour faire une estimation des risques, a indiqué le porte-parole du Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC), Ben Duncan. Une telle visite en Suisse, qui n'est pas membre de l'UE, est impossible.

    L'ECDC craint que la rougeole se répande, par le biais des visiteurs de l'EURO, surtout dans les régions dans lesquelles de nombreuses personnes ne sont pas vaccinées, notamment certaines zones d'Espagne, d'Allemagne, d'Italie ou de Grande-Bretagne, selon M. Duncan.

    Les autorités européennes ont rappelé que l'année dernière, proportionnellement à la population, la Suisse, la Grande-Bretagne, la Roumanie et l'Irlande ont enregistré le plus grand nombre de cas de la maladie.

    L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a de son côté recommandé aux visiteurs de venir à l'EURO vaccinés.

     

     

    Ce pourrait être une bonne nouvelle pour les fabricants de vaccins. Si Roche en fait partie, ce serait le moyen pour cette société de compenser la baisse du chiffre d’affaires sur le Tamiflu……Spéculateurs, achetez du Roche !!!.

     

  • UBS: Hans-Rudolf Merz évalue à un milliard la perte fiscale

    Le déficit de l'UBS au premier trimestre se répercutera aussi sur le budget de la Confédération. Le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz estime que la perte fiscale pour l'année en cours pourra atteindre jusqu'à un milliard de francs.
    Un programme d'allègement budgétaire ne devrait en revanche pas être nécessaire. Certains départements pourraient toutefois avoir à se serrer la ceinture à cause des baisses de recettes, a expliqué le chef du Département fédéral des finances (DFF).
    Un rafraîchissement de la conjoncture, comme semblent l'indiquer certains signaux dans le monde, pourrait aussi conduire à une baisse des rentrées fiscales. Mais il est encore trop tôt pour juger de la situation, selon M. Merz.
    Le conseiller fédéral considère que la réputation internationale de la place financière suisse et la confiance en cette dernière sont restées bonnes. Les plus grandes banques mondiales ont fortement souffert de la crise, rappelle-t-il. Mais vu l'importance de son secteur financier, la Suisse est plus fortement touchée que d'autres.
    Pour M. Merz, cinq domaines nécessitent des améliorations: la gestion des risques, la politique des crédits, les sociétés de révision, les agences de notation et la surveillance de l'Etat.

     

    Monsieur Merz a eu raison de faire baisser le taux d’imposition sur les dividendes (pour certains actionnaires), cela va aider……… 

    Un milliard de moins…….Ne serait-ce pas celui que le peuple a voté en faveur des  nouveaux pays de l’UE ? C’est bête………

    Un milliard, le contribuable en est de sa poche (pour cette année) de la moitié du coût de Swissair. Ce milliard que l’UBS ne paiera pas sera forcément pris en charge par les autres contribuables. On retiendra cependant l’optimisme de Monsieur Merz qui ne parle ni des prochains trimestres ni des années prochaines. On peut en déduire qu’il est sur que l’UBS reviendra à meilleure fortune très vite.