Politique - Page 4

  • La leçon de courage de Peer Steinbruck

    Le Téléjournal de 19h30 du 18 mars nous présente Peer Steinbruck

    Lire la suite

  • Le CF critiqué suite à sa décision sur le secret bancaire

    Le Conseil fédéral en a aussi pris pour son grade lors du débat urgent du National sur le secret bancaire. Bien qu'ils divergent sur les moyens, tous les partis l'ont exhorté à passer à l'offensive face aux attaques de l'étranger.

    Lire la suite

  • Commerce Suisse allemagne

    Pour café:

    Voici le résumé du commerce entre la Suisse et l'Allemagne publià sur le site du département des finances.

    Lire la suite

  • La Suisse en guerre

     

    J'aurais attendu d'autres réactions de l'Allemagne !
    Micheline Calmy-Rey n'accepte pas les propos du ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück, qui a comparé la Suisse aux indiens qui prennent la fuite avant même l'arrivée de la cavalerie... La conseillère fédérale s'exprimait ce lundi devant le Conseil national.

    Lire la suite

  • Le Conseil Fédéral capitule !

    Pire qu’à l’école ! Quelques pays européens, dont la France et l’Allemagne qui se prétendent « amis », ont simplement racketté la Suisse. Nous menaçant de sanctions dont on ignore les termes exacts, ces deux pays ont réussi à faire mettre un genou à terre à nos gouvernants.

    Lire la suite

  • Le Conseil fédéral chargé de mettre en place une alarme enlèvement

    Une alerte en cas d'enlèvement d'enfants doit être introduite le plus vite possible. Le Conseil des Etats ne veut pas attendre fin 2010 et un rapport d'expert sur la question. Par 38 voix contre 1, il a chargé le Conseil fédéral de prendre les devants.

    Lire la suite

  • La conseillère fédérale Doris Leuthard appelle à consommer

    Les Suisses ne devraient pas économiser dans la crise actuelle. Ils peuvent soutenir l'économie suisse en continuant de consommer et en anticipant certains investissements, a déclaré la conseillère fédérale Doris Leuthard au congrès des Femmes PDC.

    Lire la suite

  • Le National refuse d'invalider l'initiative contre les minarets

    Le peuple doit se prononcer sur l'initiative contre les minarets même si elle stigmatise les musulmans et pose des problèmes juridiques. Fort de cet avis, le National s'est borné à recommander le rejet du texte. Au grand dam de la gauche, qui voulait le déclarer nul.

    Lire la suite

  • Traitement de faveur pour des privilégiés de l’hôpital

    Des politiciens et des dirigeants des HUG peuvent être admis en privé au tarif de base. Un privilège que peut accorder le directeur.

    Lire la suite

  • Administrateurs, directeurs généraux et bonus

    Un grand débat est ouvert au sujet des rémunérations des dirigeants d’entreprises particulièrement des banques.

    Lorsque tout allait bien, beaucoup s’insurgeaient contre le fait que des bonus soient payés en actions ou en options sur des actions de l’entreprise. A posteriori, il s’avère que ce mode de rémunération « pénalise » ceux qui en ont bénéficié et dont les entreprises ont subis de sérieux revers en bourse.

    L’UBS en est un parfait exemple. Quel était le cours des actions reçues par M. Ospel au titre de bonus 2006 ou 2007 ? Quel impôt a-t-il payé sur ces montants? Combien lui reste-t-il ? C’est la preuve que le paiement de bonus en actions ou options de l’entreprise n’est pas une garantie complète sur les agissements des dirigeants, mais au moins, ils passent ainsi à la caisse.

    Un autre moyen de responsabiliser un peu plus les dirigeants serait de les considérer comme les banquiers privés. Ces derniers doivent répondre sur leur fortune personnelle, jusqu’au dernier centime, du résultat de leur banque. Pourquoi ne pas exiger la même chose des dirigeants d’autres banques ou entreprises ?

    Les administrateurs et autres directeurs généraux devraient être soumis aux mêmes conditions. Ils seraient sans doute beaucoup plus prudents dans leurs choix. Leur engagement personnel ne prenant fin qu’un nombre d’années à fixer par exemple 5 ans après leur cessation d’activités. Il n'y aurait ainsi nul besoin de limiter les bonus, puisqu'en cas de mauvaise affaires, ces derniers seraient entièrement confisqués au bénéfice des entreprises.