28/10/2011

Sarkozy

Lire la suite

18:59 Publié dans France, Politique | Tags : sarko, image | Lien permanent | Commentaires (0)

09/09/2011

Comment sauver le franc suisse ?

 

Il y a un moyen que les investisseurs institutionnels connaissent mais feignent de ne pas vouloir comprendre.

Les banques centrales y compris la BNS et les citoyen(ne)s des pays concernés pourraient faire un geste d'une simplicité infantile avec des effets importants en terme de résolution d'une (grande ?) partie des problèmes de l'EURO.

En achetant les obligations largement sous cotées des émetteurs gouvernementaux tant grec que portugais, espagnol ou italien et en échangeant ces obligations contre de nouvelles obligations des mêmes Etats mais en procédant à un échange non pas de valeur nominale, mais de valeur boursière contre une valeur nominale. Ainsi une obligation grecque 5% échéance 20.07.2016 que l'on peut acquérir à un cours de 48,50% environ permettait à ce pays de réduire de moitié sa dette provenant de chaque coupure échangée :

Un client, il y en a des dizaines de millions en Europe, investissant 5'000 EURO dans cette obligation (soit un nominal de 10'000 EURO) permettrait à son gouvernement de faire disparaître 5'000 EURO de sa dette en procédant à l'échange. L'investisseur dans ce cas ne faisant que renoncer à un rendement important en préservant son capital. Mais en permettant à son gouvernement de se désendetter, il se désendettera lui-même (comme contribuable) et en redonnant confiance à la communauté, relancera l'économie de son pays. Sans avoir forcément mis la main à la poche. Une prime fiscale pourrait même être envisagée. De plus, les spéculateurs ne resteraient pas longtemps sur des positions « short » car la probabilité de baisse des cours disparaîtrait rapidement. Le risque même de ne pas pouvoir racheter la position assez vite les mettrait en situation de devoir réaliser des pertes importantes.

Ce raisonnement ce tient pour tous les pays concernés.

Une banque centrale, pourquoi pas la BNS, elle qui détient une quantité importante d'Euros et qui a pour mission de défendre l'économie suisse à travers la gestion de la valeur du Franc suisse sur les marchés, ne serait-elle pas le déclencheur de ce mouvement. Non  pas avec 10'000 Euro nominal de l'obligation prise en exemple, mais avec des centaines de millions. De plusieurs emprunts. Elle pourrait même racheter la totalité d'un emprunt et ensuite procéder à l'échange total. Comment feraient les spéculateurs pour couvrir leurs positions shorts ? Ils perdraient des sommes si importantes qu'ils auront compris la leçon. (Pour un certain temps du moins). Les pays surendettés membres de l'EURO se retrouveraient avec des finances certes pas rétablies, mais dans un état qui ne mettrait plus l'Euro en situation d'être attaqué. En conséquence il remonterait à un taux de change « normal » vis-à-vis du franc suisse et la BNS se retrouverait à nouveau avec des réserves de change plus que respectables et sans doute dans la possibilité de verser un dividende confortable aux cantons et à la confédération.

La balle est dans le camp des citoyennes et citoyens de ces pays. C'est à elles et eux de se décider......

Au moment de la révolution de l'autre côté de la Mediterrannée, une révolutiuon citoyenne (financière...) en Europe serait la preuve que les européens se sentent encore concernés par leurs pays. Même si les politicien(ne)s font tout pour écarter leurs peuples des décisions qui les regardent.

 

30/08/2011

Criminalité: le taux suisse augmente et rattrape celui de l'Europe

Le taux de criminalité a augmenté en Suisse depuis 2004 pour s'aligner largement sur celui de l'Europe. Les cambriolages affichent une hausse, de même que la violence et les menaces, selon une étude. La population continue cependant de faire confiance à la police.

 

Lire la suite

09/06/2011

DSK, enfin un scénario du complot qui tient la route

Suspense… ???
 
C'est diaboliquement bien pensé... les "bruits" courent…

Voici donc une part de vérité sur ce qui s'est passé à l'hôtel  Sofitel de  new York et de quelle manière DSK, de son propre aveu dans sa lettre de  démission de la présidence du FMI, a été "cruellement piégé"...
 
DSK fréquente parfois l'hôtel Sofitel de New-York (5 ou 6 fois durant  l'année écoulée) alors qu'il a un appartement à quelques rues.
 
DSK ne prend pas une simple chambre à l' hôtel Sofitel mais une suite. Pourquoi ? Tout simplement pour être à son aise et recevoir les  prostituées, Call-Girl et autres Escort-Girl très haut de gamme qu'il  peut se payer avec l'aval de sa femme Anne Sinclair

C'est la première à en souffrir puisque, le monde entier connait  l'appétit insatiable de la bête DSK pour les femmes ? Tous ses proches,  ses collaborateurs, ses collègues, mais aussi ses ennemis sont au courant...
 
L'homme aime les femmes et le fait savoir à qui veut l'entendre  d'ailleurs.

 

Vous vous doutez bien que les gens qui ont piégé DSK le savaient  aussi.

Ce 15 mai, histoire de se détendre avant son avion pour Paris, DSK a  "commandé" une call girl, avec un scénario bien précis. La call girl  devait venir dans la chambre et jouer à la soubrette insoumise; Un fantasme assez commun chez les hommes de pouvoir qui ont dans leur  entourage des femmes très admiratives et rarement opposées à de  petits  extras bien rémunérés...
 
Le piège consistait à remplacer la fille commandée, par une vraie femme  de  ménage bien rétive et d'organiser ensuite un tollé médiatique,  politique  et judiciaire pour se payer la tête de DSK...
 
Une vraie femme de chambre a été "envoyée" à DSK , qui, ne se doutant  de rien à cru en des qualités de "bonne comédienne" de sa présumée  soubrette,  jusqu'à ce que les choses se gâte réellement : "l'Africaine" au caractère bien trempé ne semblait pas vouloir se  laisser violer par DSK et elle le lui a fait savoir (lutte/griffures et  autres morsures en témoignent...)

Elle ne voulait vraiment pas se laisser faire "la petite" pensa t-il... 

A mille lieux d'imaginer la tromperie d'avoir en face de lui une vraie  femme de chambre qui ne jouait pas la comédie et qui s'opposait à lui, parce que ne comprenant rien à la  situation...
 
Des enquêteurs privés travaillant pour la défense essaient de savoir - qui a reçu la "commande" de DSK ? - qui a envoyé une vraie femme de ménage (qui dit d'ailleurs  elle-même  qu'il n' était pas prévu qu'elle fasse le ménage dans la suite 2806)  ?
 
Le piège est diabolique car DSK, pris dans une "position compliquée", le jour du " problème " , ne peut pas faire appel aux services de sécurité  du  FMI ni aux services secrets français pour l'aider. Seul son cabinet d'avocats très influents  et  leurs enquêteurs privés pourront lui être d'un quelconque secours...

 

Le FBI et la CIA sont sur le coup, mais ne peuvent pas trop en faire  puisque ceux qui ont piégé DSK semblent être de biens plus gros  poissons que lui...
 
Le million de dollars de caution proposé à Madame la juge et son  cabinet  de ténors du barreau américains, n'ont visiblement pas pu empêcher DSK  de  dormir en tôle...

 

La juge qui l'a mis en détention est réputée pour son inflexibilité  en  la matière et Obama personnellement suit ce dossier, depuis le premier  jour, pour que DSK n'en réchappe pas...
 
Une seule question demeure : Qui a commandé ce piège ?

Plusieurs pistes qui semblent solides sont explorées mais sans se  préciser :

- une femme jalouse... il y a là l'embarras du choix.

- un mari jaloux... Même topo

- un adversaire politique... ce n'est pas ce qui manque, Sarkozy en  tête pour une réélection presque ratée depuis l'annonce de la  candidature de DSK.

 

- un pays voulant faire pression pour récupérer la présidence du FMI: USA/Inde/Chine...La liste d'attente est longue... ou encore pour avoir un autre interlocuteur que DSK pour plus de souplesse : Grèce/Italie/Portugal...Ils sont légions, 

- les peuples affamées par les choix de DSK, depuis que "Monsieur" est au  FMI... Et là aussi, ils ne manquent pas à l'appel...

L'affaire ayant visiblement été minutieusement organisée, il se  pourrait  même que ceux qui ont organisé, programmé et orchestré "l'exécution-suicide politico-médiatique" de DSK ne soient jamais connus...
 
Une chose est sûre : vous ne verrez jamais ces infos dans les journaux  parce que trop de têtes devront aussi tomber si cette version des faits  était révélée...

Je ne suis pas (malheureusement?) l'auteur de ce scénario

21/02/2011

L'Afrique du Nord et la démocratie

Les peuples de Tunisie et d'Egypte ont montré à leurs voisins la voie à suivre pour aller vers la démocratie. Le peuple Libyen, courageusement tente de suivre ce chemin et j'espère qu'il y parviendra. Si Ben Ali et Moubarak ont quitté le pouvoir qu'ils exercaient sans "trop de casse", il en est déjà autrement pour la Libye. Le colonel, sa famille et ses proches n'ont pas d'endroits sûrs où se rendre, il ne leur reste qu'à se battre ou à mourir. Ils ont choisi comme toujours la manière forte. La seule qu'ils comprennent. Une partie de l'armée a déjà laché le gouvernement et il y a fort à parier que le reste de l'armée ne va pas longtemps rester dans le camp du futur perdant....

Les occidentaux, si prompts à donner des leçons de droits humains aux autres, sont en fait en train de prendre une magistrale leçon. Un cours pratique grandeur nature. Combien de temps a-t-il fallu aux américains et à leurs alliés pour faire tomber le régime irakien?  Combien de victimes civiles sont tombées par l'intervention américaine en Irak? Combien en Tunisie? Combien en Egypte?

Combien de temps faudra-t-il encore pour que la démocratie s'installe en Irak? Probablement beaucoup plus que le temps que les peuples de Tunisie et d'Egypte prendront. La démocratie ne s'exporte pas, elle se crée de l'intérieur. Elles se gagne de l'intérieur par les peuples. Ces peuples ne se laisseront certainement pas "volé" leujr liberté par des religieux intégristes. Ce sont probablement ces derniers qui seront au final les grands perdants de ces révolutions populaires. Ils vont perdre leur statut de recours face à la dictature. Les peuples d'Afrique du Nord aspirent surement beaucoup plus à la liberté de penser, d'agir, de s'exprimer, plutôt que de retourner à un Etat de soumission à une dictature islamique. Les dirigeants des autres pays de la région sont dans une grande inquiétude quant au sort que leurs différents régimes risquent de connaître sous peu. Chaque chef d'Etat doit se demander si il est le prochain sur la "liste".

19/02/2011

Libye: Benghazi enterre ses morts - de nouveaux affrontements

Les forces de sécurité libyennes ont tiré en l'air samedi à Benghazi, la deuxième ville du pays, pour disperser une foule de manifestants. Ceux-ci rendaient hommage aux victimes des rassemblements anti-gouvernementaux des derniers jours, inspirés des exemples tunisien et égyptien.

Lire la suite

14/02/2011

Clandestins: la nouvelle Tunisie vit sa première crise diplomatique

Lire l'article de la Julie

Lire la suite

14/12/2010

L'UE voit les limites du bilatéralisme et exige des solutions

La voie bilatérale entre la Suisse et l'UE ne jouit plus d'aucun crédit auprès des Vingt-Sept. Dans les conclusions qu'ils ont adoptées mardi à Bruxelles, les ministres des affaires étrangères des Etats membres exigent des solutions pour dépasser les blocages.

Lire la suite

08/12/2010

Présidence suisse: Calmy-Rey élue avec le plus mauvais score

Micheline Calmy-Rey a été élue à la présidence de la Confédération par l'Assemblée fédérale avec le pire score jamais réalisé depuis 1919. Elle n'a recueilli que 106 voix sur 189 bulletins valables. Eveline Widmer-Schlumpf accède elle à la vice-présidence avec 146 voix.

Lire la suite

25/11/2010

Zone euro/L'Italie émet 10,5 milliards d'euros d'obligations sans difficultés

L'Italie a émis jeudi 10,5 milliards d'euros d'obligations sans difficultés, les investisseurs ne semblant pas être inquiets au sujet de sa situation financière, mais les taux ont augmenté à cause des craintes de contagion de la crise irlandaise à d'autres pays.

Lire la suite