17/09/2008

Assurances: la Fed apporte une aide inédite de 85 milliards à AIG

La banque centrale américaine, inflexible dimanche devant les difficultés de Lehman Brothers, a opéré mardi un virage à 180 degrés. Elle a décidé d'apporter une aide inédite de 85 milliards de dollars à l'assureur AIG pour éviter une crise financière planétaire.

Lire la suite

19:33 Publié dans Economie | Tags : bourse, usa, spéculation, crise | Lien permanent | Commentaires (0)

09/04/2008

Crise financière: le FMI fustige Wall Street

Le Fonds monétaire international (FMI) a fustigé Wall Street, dans des termes inhabituellement sévères et précis, pour sa responsabilité dans la genèse d'une crise qui pourrait coûter jusqu'à 945 milliards de dollars au système financier international.
Dans son rapport semestriel, le service du Fonds chargé de la surveillance des marchés a chiffré à 565 milliards de dollars les pertes des banques et autres institutions financières dues à la crise du crédit hypothécaire à risque ("subprime"), une estimation qui monte à 945 milliards de dollars si d'autres catégories de prêts connexes y sont ajoutées.
"La crise a dépassé les confins du marché américain du 'subprime', pour toucher concrètement les principaux marchés de l'immobilier d'entreprise et résidentiel, le crédit à la consommation et le crédit aux entreprises", a expliqué le FMI, à quelques jours de son assemblée de printemps.
Lors de sa dernière assemblée, en octobre, plusieurs pays émergents avaient reproché au Fonds, dominé par les pays riches, de n'avoir pas su anticiper la crise, parce que née aux Etats-Unis, et d'en traiter les effets avec complaisance.
Mi-décembre, le nouveau directeur général de l'institution, Dominique Strauss-Kahn, avait annoncé une reprise en main du dossier.
Revenu à son rôle de gendarme, le Fonds juge que, dans cette affaire, "l'ensemble des intervenant n'ont réussi à apprécier ni l'ampleur de l'effet de levier auquel ont eu recours de nombreuses institutions (...) ni les risques de dénouement désordonné qui en découlent".
Le rapport dénonce en rafale "prise de risque excessive" et "manque de rigueur" au sein d'"institutions faiblement capitalisées" et va jusqu'à recommander une réforme du mode de rémunération des cadres impliqués dans la gestion des produits à risques

 

Cette fois, c’est la fin….Chaque fois que le FMI prend position, donne ou impose une solution à un problème financier, c’est la déroute. Souvenons-nous, par exemple, de l’Argentine, qui n’a commencé à revivre que lorsqu’elle a « mis dehors » le FMI et ses bons conseils.

 

Certes les banques ont dû comptabiliser des pertes colossales, mais elles ont gardés les actifs avec une valeur comptable réduite, lorsque les cours remonteront, elles feront des bénéfices tous aussi colossaux…….Que le FMI regarde ailleurs !!!!!

 

01/04/2008

La Commission fédérale des banques constate son impuissance

Le bilan tiré par la Commission fédérale des banques (CFB) au terme d'une année financière 2007 particulièrement chahutée fait presque figure de constat d'impuissance. Ses moyens limités l'ont laissée finalement démunie face à la crise.
"Il serait illusoire de croire que les mesures - même sérieuses et énergiques - prises par les banques et les autorités suffiront à écarter à l'avenir toute crise similaire", a averti devant la presse à Berne le directeur de la CFB, Daniel Zuberbühler.
Il estime que l'Investment Banking (banque d'affaires), secteur cyclique, sera encore régulièrement victime d'excès et de bulles spéculatives. Selon lui, même si certains risques sont désormais identifiés, d'autres personnes feront de nouvelles erreurs car des pièges encore inconnus se seront tissés entretemps.
Reste que la faillite de l'un des deux géants bancaires helvétiques aurait des conséquences dévastatrices pour la Suisse. Selon la CFB, la meilleure protection est une meilleure dotation en fonds propres dépassant largement les normes internationales.
L'UBS et le Credit Suisse doivent s'armer d'un matelas de sécurité suffisant pour supporter de grosses pertes sans mettre en danger tout le système. La CFB achèvera toutefois d'examiner les responsabilités à l'origine des pertes de l'UBS. Sa division consacrée aux grandes banques n'avait pas manqué d'évoquer les risques du subprime avec l'UBS et le Credit Suisse, en hiver 2006/2007 déjà.

La CFB ne manque pas de moyens, elle ne se sert tout simplement pas de ceux qu’elle a à disposition. Dans sa conférence de Presse, la CFB nous informe qu’elle avait demandé à l’UBS si elle n’était pas en trop grand risque sur le marché de l’immobilier américain. L’UBS aurait répondu que les risques étaient plus que largement couverts.  Dans ce cas, la CFB n’a visiblement pas vérifié……

C’est tout le problème de la CFB, elle demande aux banques, à toutes les banques (même celles qui n'investissent pas en nom propre!!!) , d’avoir un contrôle des risques, sans vérifier l'efficacité des contrôles mis en place.  Elle demandera aux auditeurs de vérifier que le service de contrôle des risques existe, mais sans en vérifier l’efficacité….

On voit maintenant concrètement que l’UBS avait un service de contrôle des risques pour le moins défectueux, des auditeurs tout aussi défaillants. Ce service de contrôle des risques existe depuis des années mais son inefficacité n'est connue que lorsque une perte est subie. La CFB n'a jamais mis en doute la validité des contrôle des risque de l'UBS. Quid des autres banques ?

La CFB va examiner les causes des pertes de l’UBS mais ne prend pas de sanction. N’importe quelle autre banque aurait probablement vu sa licence retirée………Est-ce que la CFB se remet, elle, en cause ?