07/05/2008

Un automobiliste flashé 31 fois par le même radar à Binningen (BL)

Un automobiliste a été flashé 31 fois par le même radar automatique entre le 16 janvier et le 28 avril à Binningen (BL). Le conducteur habite et travaille en Suisse et circule dans une voiture immatriculée en Belgique.

Il s'agit d'un Pakistanais de 36 ans. Le total des amendes s'élève à 2000 francs. Il a été flashé à 23 reprises pour avoir dépassé la limite autorisée de 1 à 5 km/h, 7 fois pour un excès de 6 à 10 km/h et une seule fois pour un dépassement de la limite de 11 à 15 km/h.

Le conducteur a expliqué aux policiers qu'il avait bien vu un flash à plusieurs reprises en passant devant le radar, mais il pensait qu'il s'agissait uniquement d'un avertissement.

 

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce chauffard ne faisait pas grands cas des avertissements….

 

Course-poursuite à Muri (AG) en 2003: expulsion du chauffard serbe

Le conducteur serbe qui avait participé en 2003 à une course-poursuite qui s'était soldée par la mort de deux personnes près de Muri (AG) devra bel et bien quitter la Suisse après avoir effectué de la prison. Le Tribunal fédéral a confirmé son expulsion.

Pour les juges de Mon Repos, ce renvoi se justifie par le fait que ce ressortissant de Serbie-Monténégro a à plusieurs reprises mis en danger le trafic routier. Arrivé en 1993 dans le cadre du regroupement familial, il a échoué trois fois à l'examen théorique pour l'obtention du permis de conduire. Ceci ne l'a pas empêché de prendre le volant.

En 2003, il reçoit une première amende de 1200 francs pour un dépassement dangereux. Il est à nouveau condamné peu après à 500 francs d'amende pour avoir continué à rouler sans permis. Le 8 novembre de la même année, il refuse de se faire dépasser par un compatriote sur une route entre Muri et Boswil.

La course se termine par une collision frontale entre la voiture qui tente de le dépasser et un véhicule roulant en sens inverse. Les conducteurs de ces deux véhicules décèdent sur les lieux de l'accident. Sept autres personnes sont grièvement blessées mais le chauffard fautif est indemne.

Son renvoi, ainsi que celui de son épouse croate et de leur enfant, peut donc être exigé et ce malgré les quatorze années qu'il a passées en Suisse.

 

Doit-on regretter de ne pas avoir expulser ce chauffard avant le dernier accident ? Les deux morts ne peuvent, eux, plus rien regretter.

Que sont devenus les autre accidentés ?