26/02/2009

Obama est-il fou ?

Pékin rejette le rapport "irresponsable" du département d'Etat

Lire la suite

25/04/2008

JO 2008: le Tibet allume sa flamme face au Cervin

La "Flamme tibétaine pour la liberté" a été allumée à Zermatt (VS), sur le Riffelberg situé en face du Cervin. Cette manifestation est la première d'une série prévue en Suisse.

Zermatt et le Cervin ont été choisis par les organisateurs car ils sont un des symboles forts de la Suisse à l'étranger, a indiqué Wangpo Tethong, président de l'officieux Comité olympique tibétain.

Au programme de cette cérémonie qui s'est déroulée à 2582 mètres d'altitude: chants et hymne du Tibet, flamme de la liberté et serment olympique prononcé par le cycliste et membre de l'équipe olympique tibétaine Rigzin Gyaltag.

Après Zermatt, les Tibétains seront à Berne samedi pour une manifestation nationale sur la Place fédérale. Puis, la torche fera escale notamment à Lausanne, siège du Comité olympique international, avant de partir pour le Danemark.

La "Flamme tibétaine de la liberté" a entamé son périple le 10 mars à Olympie en Grèce. Elle le terminera au Tibet lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques, après avoir traversé une cinquantaine de villes sur quatre continents. La flamme représente pour les Tibétains "l'espoir pour la liberté et la justice".

 

Quelle foutaise, Le Tibet fait partie intégrante de la Chine depuis la nuit des temps, lorsque qu’un lama tibétain a déclaré l’Indépendance du Tibet au début du siècle dernier, aucun pays ne l’a reconnu. Le comité Olympique tibétain n’existe que dans l’esprit de quelques séparatistes qui ne veulent pas admettre que le Tibet est chinois, seulement, il apparaît que la majorité des tibétains sont pro-chinois et ne veulent pas de l’indépendance.

 

28/03/2008

Irak: frappes de la coalition à Bassorah - Maliki propose un marché

Bagdad - Des avions de la coalition anglo-américaine ont visé des miliciens chiites à Bassorah (sud), pour soutenir l'offensive de l'armée irakienne ordonnée par le Premier ministre Nouri al Maliki. Ce dernier a proposé de payer ceux qui livreraient leurs armes.
Les frappes avant l'aube ont marqué la première intervention de la coalition dans les combats qui opposent depuis mardi dernier miliciens chiites et forces régulières irakiennes dans le principal centre pétrolier irakien, à 550 km au sud de Bagdad. Les affrontements, impliquant la milice du chef radical Moqtada Sadr, l'armée du Mahdi, se sont étendus à Bagdad et à d'autres villes d'Irak, faisant en quatre jours au moins 170 tués et des centaines de blessés.
Un porte-parole de l'armée britannique, le commandant Tom Holloway, a indiqué que deux missions de bombardements avaient visé des groupes de tireurs de roquettes et des concentrations de miliciens. L'officier, qui s'exprimait sur l'aéroport de Bassorah, n'a pas précisé la nationalité des avions engagés - qui sont soit américains, soit britanniques.
Le commandant Holloway a par ailleurs annoncé que la frontière avec l'Iran avait été fermée par les troupes de la coalition afin "d'interrompre le flux d'armes dans Bassorah pendant les opérations".
Un couvre-feu a été imposé à Bagdad jusqu'à dimanche et dans d'autres villes irakiennes pour tenter d'apaiser la tension entre l'armée du Mahdi et les forces de sécurité du gouvernement de Bagdad.
Un religieux iranien, l'ayatollah Ahmad Jannati, a appelé vendredi les autorités irakiennes et les milices chiites à ouvrir le dialogue pour mettre fin aux affrontements, dans la première réaction iranienne aux violences en Irak.
Jeudi, Moqtada Sadr, qui conteste la légitimité du gouvernement Maliki, avait appelé à trouver une solution "pacifique" aux violences.
M. Maliki a promis pour sa part de l'argent à ceux qui remettraient leurs armes aux autorités, dans une offre valable jusqu'au 8 avril et qui vise les "armes lourdes et moyennes" disponibles à Bassorah.

 

On commence à mieux comprendre les raisons pour lesquelles les médias se focalisent sur la Chine et le Tibet.

Après cinq ans de guerre en Irak, contrairement à tout ce qui avait été dit par « W », la situation ne fait que se détériorer. Les regains de violence, dans le sud de l’Irak particulièrement, la révolte menée par des chiites soutenus par l’Iran, l’impossibilité pour les forces irakiennes « gouvernementales » de ramener l’ordre, il devenait urgent d’allumer des contre-feux pour que les médias parlent de tout sauf de l’Irak.

En cette période préélectorale, il est nécessaire pour les USA que les médias se détournent de l’Irak, il faut à tout prix que la reprise de la guerre ainsi que la catastrophe humanitaire inévitable ne fassent pas (trop) la une des journaux. De plus, en amenant la Chine à se comporter de façon brutale avec les tibétains, les USA se donnent une « monnaie d’échange ». La Chine ne sera pas en position de hausser le ton lorsque les USA utiliseront des moyens « limites » pour tenter d’arrêter les chiites.

On peut également se demander si la brusque montée de violence au Tibet ne cache pas la prochaine intervention des USA en Iran ?

Les médias (manipulés?) sont tombés dans le piège....une fois de plus?

 

 

20:26 Publié dans Monde | Tags : irak, bassorah, guerre, chine, tibet, usa, uk | Lien permanent | Commentaires (1)