06/11/2008

Requérants d'asile: Widmer-Schlumpf s'engage auprès des cantons

Eveline Widmer-Schlumpf a promis 25 millions de francs supplémentaires aux cantons pour faire face à l'afflux de requérants d'asile en 2008. La ministre de justice et police a tenu cet engagement devant les directeurs cantonaux des affaires sociales ainsi que de justice et police.

Lire la suite

19/06/2008

Une nouvelle UDC grisonne demande son admission au parti suisse

Suite au bannissement de la ministre Eveline Widmer-Schlumpf par son parti, deux "UDC" cohabitent désormais aux Grisons: l'ancienne section, exclue de l'UDC Suisse et rebaptisée "Bürgerliche Partei Schweiz", et la nouvelle section fidèle au parti national, fondée ce jeudi.

Lire la suite

02/05/2008

UDC contre Widmer-Schlumpf: Walter Frey admet une possible erreur

Le vice-président de l'UDC Walter Frey a admis qu'exiger le retrait du Consel fédéral d'Eveline Widmer-Schlumpf pourrait avoir été une erreur. "C'est un fait qu'elle a été élue démocratiquement", a-t-il dit au "Tages-Anzeiger".

L'UDC se concentrera à l'avenir sur l'éviction de la Grisonne du parti, a-t-il ajouté. La direction prise est bonne: Mme Widmer-Schlumpf ne peut plus représenter le parti après l'avoir dupé, selon lui.

Le risque existe que les électeurs UDC modérés fuient, estime Walter Frey. "Mais nous n'avons pas d'autre choix". Le parti ne peut pas être représenté par une femme qui trahit et qui ne respecte pas une décision unanime des délégués.

 

 

L’élection de E. Widmer-Schlumpf était aussi démocratique que celle de Francis Matthey. Personne ne remet en cause cela pour autant que l’on admette que cette élection était le fait de représentants du peuple et non du peuple lui-même. Cependant si l’on reconnait la validité de l’élection de Mme Widmer-Schlumpf, on doit reconnaître que l’UDC est en droit de ne pas la considérer comme sa représentante. Elle est, de fait, la représentante de ses électeurs, le PS, les Verts, certains PDC et radicaux.

 

28/04/2008

Seuls 12% de la population soutien l'attitude de l'UDC

Seuls 12% de la population pensent que les exigences de l'UDC suisse vis-à-vis de la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf sont justifiées. Selon un sondage, 45% jugent l'attitude de la direction du parti "inacceptable" et 28% "exagérée".

En outre, 56% ne croient pas que Mme Widmer-Schlumpf ait menti au sujet de son élection, tandis que 18% sont de l'avis inverse; 26% n'ont pas répondu à cette question. Cette enquête a été réalisée auprès de 1000 personnes entre le 21 et le 24 avril dans toute la Suisse par l'antenne bernoise de la société CBC Marketing Research 

 

Parmi des 85% de gens ayant donné leur avis, combien sont des électeurs de l’UDC ? Quelle question leur a été posée ? Comment ?

Posez la question suivante à ces mêmes sondés :

Pensez-vous que les électeurs(trices) UDC peuvent se sentir déposséder de leur vote aux élections fédérales de 2007 ?

Ou : Est-il légitimes que les électeurs(trices) UDC ne se sentent pas représentés par Madame E. Widmer-Schlumpf ? 

Si ces questions étaient posées, les réponses seraient sans doute bien différentes……

 

24/04/2008

Le Conseil fédéral contre les naturalisations par les urnes

Eveline Widmer-Schlumpf a lancé la campagne du Conseil fédéral contre l'initiative de l'UDC visant à rétablir les naturalisations par les urnes. C'est la première fois qu'elle doit affronter une votation populaire, de surcroît sur un projet de son parti.

A l'instar du gouvernement, la ministre de la justice juge l'initiative populaire "pour des naturalisations démocratiques" problématique au niveau du droit, mais aussi de la pratique sur le terrain. Ce texte n'apporte aucune garantie quant au respect par le candidat des conditions posées pour obtenir le passeport suisse, en particulier sa bonne intégration en Suisse.

Or, cet élément est et doit rester l'élément déterminant, selon Mme Widmer-Schlumpf. "Celui qui défend des valeurs d'une autre culture qui sont en contradiction avec notre ordre juridique, par exemple concernant le mariage forcé ou la lapidation des femmes adultères, ne doit pas être naturalisé."

Et de plaider pour des procédures marquées par l'objectivité, et non par l'arbitraire et la discrimination, une dérive que portent en germe les naturalisations soumises au peuple. La conseillère fédérale s'est aussi employée à démonter l'argument de l'UDC des naturalisations "en masse".

 

Pour la première occasion que notre nouvelle Conseillère Fédérale a de démontrer que malgré son élection « non désirée » elle faisait partie intégrante de l’UDC en soutenant autant que possible l’initiative populaire, on peut dire qu’elle montre clairement qu’elle choisi de soutenir celles et ceux qui l’ont portée au pouvoir! Les membres de la section grisonne de l’UDC, qui viennent de lui accorder un soutien qu’elle ne leur rend pas doivent se sentir flouer… Il n’y aura peut-être pas besoin d’exclure la section grisonne de l’UDC, elle va se dissoudre d’elle-même.