17/02/2010

Compte 2009: excédent important malgré la récession

Malgré la récession économique, le solde de financement ordinaire de la Confédération affiche, pour l'exercice 2009, un excédent de recettes de 2,7 milliards, dépassant ainsi le montant budgétisé de 1,8 milliard.

Lire la suite

26/01/2009

FMI/Crise financière: "très peu a été fait" depuis le G20, selon DSK

Le directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn a déploré lundi que "très peu" avait été fait contre la crise financière depuis la réunion des principaux pays industrialisés et en développement du G20 il y a deux mois.

Lire la suite

01/05/2008

Sarkozy affiche son "couple harmonieux" avec Angela Merkel

Après des mois de relations en dents-de-scie, Nicolas Sarkozy a rendu un hommage appuyé à Angela Merkel lors de la remise du Prix Charlemagne à la chancelière allemande pour son engagement européen. Il a souligné son attachement au couple franco-allemand.

En vingt minutes d'un discours largement improvisé, le chef de l'Etat français s'est appliqué à effacer toutes les traces des frictions qui l'ont récemment opposé à la chancelière, notamment autour du projet français d'Union pour la Méditerranée, finalement amendé sous la pression de Berlin.

"La presse parle beaucoup de notre couple", a lancé Nicolas Sarkozy en s'adressant au mari de la chancelière, Joachim Sauer. "Je voudrais lui dire de ne pas croire tout ce qui est écrit dans la presse: j'aime Angela Merkel beaucoup plus que ce qu'ils disent", a-t-il assuré.

Sur un mode plus sérieux, le président a aussi tenu à souligner son attachement au couple franco-allemand, que certains ont considéré comme menacé par le rapprochement récent de Paris avec Washington et Londres.

"Je te remercie cher Nicolas de tout coeur pour tes si gentilles paroles", lui a répondu en français la chancelière allemande. Avant de le féliciter à son tour pour avoir "replacé la France au coeur de l'Europe" après le "non" des Français au projet de Constitution européenne en 2005.

Lauréat du prix Charlemagne en 1982, Juan Carlos d'Espagne s'est lui signalé par une bévue royale, saluant devant la foule ses "amis d'Aix-en-Provence"...

 

Voilà exactement la façon de procéder de deux pays, moteurs de l’Europe, qui se prétendent démocrates. L’un, l’Allemagne, pays qui n’a pas interrogé sa population sur le traité européen, félicitant l’autre, la France, pour avoir résolument ignorer le résultat d’un référendum.

Malgré cela, nous avons encore des politiciens en Suisse qui pensent que nous devrions participer à ce grand cirque.