08/01/2009

LIbre circulation: interdit, le site d'un opposant reste en ligne

Malgré son interdiction, le site internet de l'opposant à la libre circulation Lukas Reimann (UDC/SG) est encore visible sur la toile. Il devrait cependant être supprimé la semaine prochaine.

Le site créé par le jeune conseiller national (dabeibleiben.ch) appelle à voter "non" le 8 février. Il possède un nom très semblable à celui du comité des partis de jeunes en faveur de la libre circulation des personnes (dabei-bleiben.ch). Il arbore aussi les mêmes couleurs et la même mise en page.

Les jeunes socialistes, radicaux, démocrates-chrétiens et verts n'ont pas goûté la plaisanterie et déposé plainte. Avec succès puisque le Tribunal de district de Meilen (ZH) a rendu le 19 décembre un arrêt provisoire exigeant la disparition immédiate du site de Lukas Reimann. La page n'a cependant toujours pas été retirée.

Comme le seul technicien responsable de l'opérateur du site se trouve à l'étranger jusqu'au début de la semaine prochaine, l'ordre du tribunal ne pourra être exécuté que le 12 janvier, a expliqué l'avocat de Lukas Reimann.

Si je suis d’accord avec le fait qu’il n’est pas fair play de copier un site pour détourner les idées qu’il porte, je trouve néanmoins disproportionnée la réaction des partis concernés.

En effet, il est amusant de constater qu’une fois de plus ceux qui disent porter des idéaux de liberté dans les faits amènent des interdictions et des exclusions.

C’est vraiment le : Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

 

Il est, pour certains, plus difficile de tolérer les idées des autres que les autres………

 

 

12/09/2008

Infiltrations de Securitas: la police veut une loi plus sévère

Les policiers suisses sont "préoccupés et choqués" par les infiltrations d'associations menées par Securitas. Ils réclament un cadre légal plus sévère pour les entreprises de sécurité privées. Le respect de la protection des données doit être assuré.

Lire la suite

09/07/2008

Enlèvement d'enfants en Suisse: une pétition a été remise à Berne

La Suisse doit mettre en place un véritable système d'alerte en cas d'enlèvement d'enfants. Une pétition en ce sens, munie de quelque 32'500 signatures provenant essentiellement de Suisse romande, a été déposée à la Chancellerie fédérale.

Lire la suite

19:16 Publié dans Politique | Tags : partis politiques, udc, ps, prd, pdc | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2008

Suisses de l'étranger: l'éligibilité au Parlement ne presse pas

Les Suisses de l'étranger ne jugent pas prioritaire de pouvoir être élus au Parlement fédéral. Ils préfèrent améliorer dans les plus brefs délais les conditions de participation aux élections et votations.
C'est notre tâche de motiver les quelque 120'000 Suisses inscrits dans un registre électoral sur les 670'000 domiciliés à l'étranger, à aller voter, a dit Jacques-Simon Eggly, président du Conseil des Suisses de l'étranger (CSE). Il était interrogé au téléjournal de la TSR à l'occasion de la séance de printemps de l'organisation à Berne.
Autre priorité du CSE: défendre les intérêts des Suisses de l'étranger dans un certain nombre de domaines. L'organisation s'est dite préoccupée par la fermeture des écoles suisses à l'étranger comme celle des consulats. Les membres ont adopté une résolution pour sauver les premières, dénonçant la volonté d'économiser 4,4 millions de francs de l'administration fédérale.
Devenir éligible au parlement fédéral, à l'image des Français ou des Italiens, ne constitue en revanche pas une priorité, selon M. Eggly. Se référant à l'exemple des pays voisins, le président du CSE constate que "c'est compliqué. La défense des résidents à l'étranger n'y est pas forcément améliorée", a-t-il affirmé.
Le CSE a pris position sur la représentation des Suisses de l'étranger avant que les Chambres fédérales ne discutent de deux interventions parlementaires, dont celle de Carlo Sommaruga (PS/GE) qui demande que la 5e Suisse constitue une circonscription électorale. "Nous n'y sommes pas opposés. Il faut étudier la question, mais cela prendra du temps", estime l'ancien parlementaire fédéral.

 

Le CSE semble s’égarer, ce n’est pas avec des écoles suisses à l’étranger que l’on défendra les intérêts de ces suisses. Ce n’est pas le rôle de la confédération, donc du contribuable, de prendre en charge la formation des enfants de suisses à l’étranger. D’ailleurs, sur les 670'000 de nos concitoyens vivant à l’étranger, combien pourraient en bénéficier ? Qui choisirait les endroits dans lesquels on crée des écoles ? Quels élèves y seraient admis ? A quelles conditions ?

 

 

Les Suisses derrière la ministre (sondage)

Selon un sondage publié dans la presse dominicale, plus de deux Suisses sur trois estiment qu'Eveline Widmer-Schlumpf doit rester au Conseil fédéral (68%) et que les méthodes de l'UDC pour la déstabiliser menacent la démocratie (65%)..

Le sondage publié dans "Le Matin Dimanche", le "SonntagsBlick" et "Il Caffè" montre que l'attitude de l'UDC est critiquée jusque dans les rangs du parti, puisque la moitié des quelque 600 personnes interrogées ont déclaré avoir des affinités avec l'UDC.

Par ailleurs, 60% des sondés estiment que la conseillère fédérale ne doit pas démissionner de son parti.

 

 

Si la question posée avait été : « Est-ce que l’UDC a le droit de considérer que Madame Widmer-Schlumpf ne le représente pas ? »

 

Quelle aurait été la réponse ?

12/04/2008

JARDIN ANGLAIS - Les autorités impuissantes

Plus jeunes et plus violents, les dealers de haschich continuent à sévir.

Dépassée par le phénomène, la police admet «jouer aux pompiers».

Excédés, certains riverains menacent de se faire justice eux-mêmes.


«Des jeunes dealers d'origine maghrébine sévissent au Jardin anglais depuis des années sans que personne ne bouge. Vols, trafics de drogue se font au détriment des touristes et des riverains! La task force drogue créée par la police n'y a rien changé. Un jour, ça va vraiment péter, quelqu'un va finir par craquer et se faire justice lui-même!» Lire l'article dans le GHI du 10 avril 2008

http://www.ghi.ch/live/1/home   (recopiez l'adresse et collez-la dans votre barre de navigation)

Après avoir lu l’article et les réponses des différents politiciens, membres de tous les partis, on constate simplement qu’il y a autant de solutions que de partis, certainement plus puisque un seul représentant par parti a été entendu…Si l’on interroge d’autres membres de ces mêmes partis, on aura d’autant plus de solutions. On notera toutefois :

Que le gouvernement, lui n’agit pas !!!!

Que le PS explique comment il faut faire, mais sans que cela influe sur le Conseiller d’Etat PS en charge….

Que les verts proposent d’engager des policiers étrangers –je ne vois pas le rapport-

Que la droite veut envoyer la police mais refuse d’augmenter les effectifs…

Que le centre gauche, soit le PDC, veut réfléchir et proposer une solution pour l’été ou l’automne…de quelle année ?

Seul le MCG propose d’agir immédiatement, et l'on s'étonne que ce parti ait du succès aux élections...