pdc

  • ELECTIONS FEDERALES

    LE DANGER DU VOTE VERT

     

    Le réchauffement climatique évident, la surmédiatisation d’une étudiante suédoise et des manifestations déclenchées en Suisse par en fait une très petite minorité vont probablement donner une poussée verte aux prochaines élections fédérales. Le danger réside dans le fait qu’à notre échelon les mesures « anti réchauffement » prises n’auront de réels effets que sur notre économie. Il suffit d’imaginer que toutes les mesures proposées soient mises en place pour se rendre compte qu’au vu de notre taille (8 millions d’habitants) les résultats sur l’état de la planète seraient nuls. Par contre les effets sur notre économie, sur le chômage etc. seraient eux extrêmement mauvais. Il en résulterait au final une très mauvaise législature dont les grands perdants seraient les citoyennes et citoyens de ce pays.

    Pour participer à un effort global de tous les pays, le seul qui pourrait être efficace dans la lutte contre le réchauffement climatique, la Suisse n’a nul besoin d’élire des parlementaires verts. Des élus pragmatiques seraient bien plus utiles et efficients que des élus dogmatiques.

  • ELECTION AU CONSEIL FEDERAL

     

    Les partis de gauche (PS et Verts) et de centre gauche, (c'est comme cela qu'il faut probablement définir le PDC dorénavant) ont décidés de continuer à soutenir Mme Widmer-Schlumpf. C'est leur droit. Par contre, contrairement à la dernière élection, Mme Widmer-Schlumpf n'est plus une UDC, l'alibi de l'élection d'un, d'une dans ce cas, membre de l'UDC ne pourra donc plus être donné. La logique voudrait que Mme Widmer-Schlumpf remplace l'un(e) des Conseillers Fédéraux PS ou PDC en place puisque elle soutenue avant tout par ces deux partis. La concordance serait ainsi respectée.

    Le PS prétend vouloir respecter la concordance en s'engageant à soutenir un UDC, mais contre un PLR......Il s'agit là d'un drôle de respect de la concordance de la part d'un parti qui la réclame pour lui-même. Les partis de droite pourraient aussi promettre aux Verts un siège s'il est pris au PS.......

     

  • LE PS MENACE

    Le PS pourrait se retirer du Conseil fédéral en cas d'échec

    La non-élection d'un socialiste pour succéder à Micheline Calmy-Rey constituerait une rupture de la concordance, selon le PS. Le parti a adopté une résolution donnant à un congrès le pouvoir de décider du maintien du parti au Conseil fédéral en cas de coup dur le 14 décembre.

    Lire la dépêche

    Lire la suite

  • Doris veut des sous

    Energie: Leuthard veut injecter plus d'argent dans la recherche

    Lire la dépêche

    Lire la suite

  • Criminalité: le taux suisse augmente et rattrape celui de l'Europe

    Le taux de criminalité a augmenté en Suisse depuis 2004 pour s'aligner largement sur celui de l'Europe. Les cambriolages affichent une hausse, de même que la violence et les menaces, selon une étude. La population continue cependant de faire confiance à la police.

     

    Lire la suite

  • Le PLR donne raison à l'UDC

    Le PLR entend se placer pour les élections fédérales de 2011 grâce à une prise de position sur la politique étrangère et sur l'Union européenne.

    Lire la suite

  • Une rocade gouvernementale qui fâche la presse

     

    «Putsch», «champ de bataille», «guéguerre partisane»: le grand chambardement au Conseil fédéral annoncé lundi n'est pas du goût de la presse suisse. Pour la majorité des éditorialistes, cette redistribution des ministères ne devrait pas ramener de la sérénité au gouvernement.    lire la suite

     

     

    Lire la suite

  • Départements fédéraux: PS et UDC en colère, PLR et PDC satisfaits

     

    Le bouleversement au Conseil fédéral suscite une large incompréhension et une grosse bisbille PLR-PS, sur fond de suspicion d'arrangements. Les partis de centre-droit se félicitent de l'opération, l'UDC et le PS sont très fâchés et les Verts inquiets.

    Pour l'UDC, la répartition des départements annoncée lundi constitue "un coup de force dont l'unique but est de sauver le pouvoir des partis du centre". Une "manoeuvre cousue de fil blanc", de surcroît "irresponsable à un an de la fin de législature", selon le parti.

    Le PS est tout aussi mécontent, et son président Christian Levrat est très remonté contre celui du PLR Fulvio Pelli, qu'il n'a pas hésité à traiter de "menteur". En cause, les promesses que le Tessinois aurait faites concernant la répartition des départements.

     

    Lire la suite

  • l'assurance-chômage se retrouve dans les chiffres rouges

    L'actuel ralentissement économique a mis à mal les caisses de l'assurance-chômage. La précédente révision de la Loi sur l'assurance-chômage (2003), qui entendait équilibrer les recettes et les dépenses, tablait sur un chômage moyen de 2,5%, soit 100'000 chômeurs.

    Mais ces prévisions se sont révélées trop optimistes. La Suisse connaît ces dernières années un taux de chômage de 3,3%, soit 130'000 personnes.

    Du coup, les dépenses sont plus élevées que les recettes et l'assurance perd de 920 millions de francs par an. Actuellement, le déficit cumulé est d'environ 7 milliards de francs..suite

     

    Nos responsables politiques ont fait une grande erreur en diminuant le taux de cotisation (en 2004 si j'ai bonne mémoire). En voulant profiter d'une meilleure conjoncture, au lieu de prévoir la crise suivante, nos politiques ont décidés de réduire les charges des salariés et des patrons. Au lieu de réagir aux premiers signes de détérioration de l'économie et de ré augmenter les cotisations, ils ont préférés laisser « pourrir » la situation et creuser un déficit important. Ce serait maintenant aux salariés, particulièrement aux salaires « importants » de payer les pots cassés ! Alors que le montant assuré ne couvre déjà pas les besoins de cette catégorie de population en cas de chômage, ils devraient de plus être taxé d'une cotisation de solidarité. Cette classe est déjà plus que solidaire à travers ses impôts. Je refuserai cette donc le changement dans l'assurance chômage.

  • Le PDC profite des remous pour présenter son modèle d'armée

    e PDC profite des remous autour d'Ueli Maurer pour présenter son modèle d'armée. Réduite à 80'000 militaires, elle ne devrait pas coûter davantage que quatre milliards de francs par an. Le parti soutient aussi l'achat de nouveaux avions de combat.

     

    Lire la suite