18/04/2008

Assureurs maladie: situation améliorée - 4 milliards de réserves

La situation des assureurs maladies s'est améliorée en 2007. A la fin de l'année, leurs réserves s'élevaient à 4 milliards, soit 1,135 milliard de plus que le minimum légal. Les taux de réserves sont même supérieurs de 25% dans les cantons de Vaud, Genève et Zurich.

Cette consolidation de la situation financière des caisses maladie tient au fait que les coûts à la charge de l'assurance de base ont été beaucoup moins élevés que prévu ces dernières années, a indiqué l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les taux minimaux de réserves vont être revus à la baisse, ce qui devrait permettre de limiter les hausses de primes de l'assurance de base ces prochaines années.

D'ici 2010, le taux passera de 15 à 10% pour les grands assureurs (plus de 250'000 assurés) et de 20 à 15% pour ceux de taille moyenne (entre 100'000 et 250'000 assurés). Il restera de 20% pour les plus petites caisses.

Selon l'OFSP, les ressources ainsi dégagées laisseront une plus grande marge de manoeuvre aux caisses pour fixer les primes ces prochaines années. Les assureurs avaient jusqu'à fin mars pour présenter leurs comptes annuels 2007 à l'office, qui agit comme autorité de surveillance

Il apparaît que PYM avait raison. Le ministre vaudois, qui luttait contre Pascal Couchepin, a maintenant des moyens supplémentaires pour faire baisser les primes des assurés. Le président de la Confédération va être bien en mal de pouvoir continuer à soutenir ses amis assureurs.

Ce qui serait juste, ce serait de rendre aux assurés le trop payé plutôt que de l’intégrer à de futures baisses.

16/04/2008

Eveline Widmer-Schlumpf: l'UDC tessinoise pour l'exclusion

Le comité de la section tessinoise de l'UDC est favorable à l'exclusion d'Eveline Widmer-Schlumpf. Il estime que la Grisonne a trahi son parti et que ce dernier doit agir s'il veut conserver sa crédibilité.

Dans son communiqué, l'UDC tessinoise accuse également la section grisonne de trahison pour son soutien à sa conseillère fédérale. Si la section persiste dans cette attitude jusqu'au 30 avril, il n'y aura plus qu'à l'exclure dans son ensemble, selon les Tessinois.

Au sein de l'UDC, les sections ne sont pas toutes aussi alignées sur le parti suisse: la branche thurgovienne avait pris position jeudi dernier en faveur de la conseillère fédérale.

Celle-ci peut également compter sur le soutien des femmes UDC bernoises. En revanche, elle a contre elle la section lucernoise, qui s'est prononcée pour l'exclusion de la section grisonne. L'UDC vaudoise prendra position lors d'un congrès extraordinaire début mai. Le comité central de l'UDC fribourgeoise se prononcera fin avril

 

Notre Schfroumpfette nationale pensait hier soir sur Infrarouge que la crise entre elle et son (ex)parti était derrière elle. Visiblement rien n’est joué. Elle doit et devra encore faire face à passablement de déconvenues. Lorsqu’elle déclarait qu’elle n’a pas imaginé que son parti lui en voudrait à ce point, elle a commencé à démontrer une certaine faiblesse d’analyse… Son explication sur le montage du documentaire de la TV Alémanique qui nous apprend que le coup de téléphone qu’elle a refusé n’était pas celui de Ueli Maurer est sans doute vraie. Mais elle ne nie pas avoir refusé la vingtaine de coup de téléphone que Ueli Maurer dit lui avoir passé……..

Elle a probablement effectivement trahi son parti et fait une erreur d’analyse en pensant que l’UDC allait, comme le PS avec Otto Stich, passer l’éponge. Ultime erreur.

 

15/04/2008

Sondage: deux Suisses sur trois soutiennent Eveline-Widmer Schlumpf

 

(...............) 

Seuls 14% des 609 personnes interrogées la semaine dernière n'y voient pas de danger, alors que 21% ne se prononcent pas. A l'intérieur même de l'UDC, l'attitude du parti est critiquée. La moitié des sondés ayant déclaré des affinités avec l'UDC juge que de telles pressions sont anti-démocratiques.

 (...............)

Si elle a pour principe de ne pas commenter les sondages, Eveline Widmer-Schlumpf se dit toutefois étonnée que la moitié des électeurs UDC jugent antidémocratique l'attitude du parti.

(................)

 

Afin d’être vraiment démocratique, l’élection des conseillers fédéraux devraient se faire à main levée et nom par bulletins secrets. En effet, nos parlementaires sont élus en faisant des alliances de partis, des listes communes. Donc un élu devrait montrer à ses électeurs(trices) l’usage qu’il fait du mandat qui lui a été confié. Ainsi lors des élections suivantes, chacun saura(it) à quoi s'en tenir vis-à-vis des candidats.

A ce moment, on pourra (re)parler de démocratie.

 

Le «scandaleux» amalgame antisuisse

Pour Abraham Foxman, acheter du gaz à l’Iran, c’est comme refouler des réfugiés juifs au temps du nazisme. Propos unanimement condamnés en Suisse.

 

 

 

On pourrait rétorquer à monsieur Foxman, que le mur que construit actuellement  Israël en Palestine ressemble étrangement au mur du Ghetto de Varsovie…Sauf que maintenant ce sont les juifs qui contrôlent les accès……

 

On a également pu lire dans certains quotidiens qu’Israël n’est pas gêné d’acheter du pétrole iranien...

 

Les donneurs de leçons feraient mieux de balayer devant leur porte !!!!!!

13/04/2008

Les Suisses derrière la ministre (sondage)

Selon un sondage publié dans la presse dominicale, plus de deux Suisses sur trois estiment qu'Eveline Widmer-Schlumpf doit rester au Conseil fédéral (68%) et que les méthodes de l'UDC pour la déstabiliser menacent la démocratie (65%)..

Le sondage publié dans "Le Matin Dimanche", le "SonntagsBlick" et "Il Caffè" montre que l'attitude de l'UDC est critiquée jusque dans les rangs du parti, puisque la moitié des quelque 600 personnes interrogées ont déclaré avoir des affinités avec l'UDC.

Par ailleurs, 60% des sondés estiment que la conseillère fédérale ne doit pas démissionner de son parti.

 

 

Si la question posée avait été : « Est-ce que l’UDC a le droit de considérer que Madame Widmer-Schlumpf ne le représente pas ? »

 

Quelle aurait été la réponse ?

11/04/2008

E. Widmer-Schlumpf largement soutenue par la société civile à Berne

Plus de 12'000 manifestants sont venues soutenir la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf et dire leur mécontement contre l'ultimatum posé par l'UDC à Berne. Vers 15h30, les personnes présentes ont commencé à se disperser sans heurt.
Aucun incident n'a été déploré, a indiqué la police. La manifestation, qui a débuté à 14h00, a pris fin à 15h30 comme prévu.
Plus d'une dizaine d'orateurs, en majorité des femmes, se sont succédés à la tribune. Rosmarie Zapfl, présidente d'Alliance F, instigatrice de ce rassemblement, a été impressionnée par le nombre de participants.
La plupart des manifestants étaient des femmes, mais de nombreux hommes étaient aussi de la partie. Plusieurs pancartes dépassaient, dont une dénonçait l'agressivité de l'UDC, en particulier à l'encontre de femmes politiques.
a fait son apparition à la tribune sous les clameurs des manifestants vendredi à Berne vers 15h00. La foule l'a longuement acclamée en scandant "Bravo" et "Eveline". "Merci beaucoup d'être venus, a-t-elle dit en français.°
"Vous me faites du bien dans ces jours difficiles, merci de votre présences", a-t-elle poursuivi, visiblement émue, dans les quatre langues nationales. "Vous êtes venus pour moi, mais pas seulement, car nos institutions démocratiques sont remises en question".
Mme Widmer-Schlumpf a encore lancé un appel au respect et à la tolérance. Selon une correspondante sur place, compte tenu de la foule, le dispositif de police a été renforcé.

 

Madame Widmer-Schlumpf est de plus en plus politiquement isolée….En effet, le soutien qu’elle a obtenu ce vendredi à Berne n’est qu’un soutien de femmes à femme, de militant(e)s du PS venus assumer le scrutin de décembre dernier. On a pu trouver également ici ou là quelques UDC, mais si peu………

09/04/2008

L'UDC réagit à la vague de soutien à Eveline Widmer-Schlumpf

L'UDC a réagi à la vague de soutien qui s'organise autour d'Eveline Widmer-Schlumpf. A la suite d'une annonce parue dans la presse alémanique, Christoph Blocher a invité l'ancien conseiller fédéral Rudolf Friedrich (PRD) à un débat public.

L'annonce rédigée par M. Friedrich dénonce "le comportement anti-démocratique et le style de l'UDC". Ses signataires soutiennent Eveline Widmer-Schlumpf, "démocratiquement élue", rappelle l'ancien ministre zurichois.

Pour les démocrates du centre, il s'agit d'"une manière désormais coutumière de monter les esprits pour dénigrer l'UDC", remarquent-ils dans un communiqué. Le parti de Chrisoph Blocher dit toutefois se réjouir de "mener un débat public sur la culture politique qui règne dans ce pays".

L'UDC laisse a Rudolf Friedrich le choix du lieu de la discussion. Il peut également choisir un partenaire de débat "que celui-ci soit issu du PRD, du PS, du PDC ou des Verts". M. Blocher serait lui secondé par le président du parti Toni Brunner.

M. Friedrich a dit pouvoir envisager sur le principe un débat public: "Cependant je préfèrerais discuter avec Christoph Blocher seul à seul". Mercredi après-midi, il n'avait pas reçu d'invitation personnelle de la part de M. Blocher allant dans ce sens.

 

 

Certains parlementaires ne devraient pas utiliser le mot démocratie n’importe comment : démocratie veut dire décision par le peuple. Les parlementaires ont tendances à le traduire par décision par les représentants du peuple. Ce qui induirait (comme c’est le cas en France) que les citoyens et citoyennes donneraient un chèque en blanc à leurs élu(e)s. Heureusement, en Suisse, le souverain est le peuple. Donc si un parti politique présente, en fonction de l’accord gouvernemental en vigueur, certains candidats, il serait normal que les partis en présence votent pour ces candidats. Dans le cas contraire, il est illusoire de penser qu’un parti pourrait se voir forcé de reconnaître un conseiller fédéral comme son représentant s’il ne l’a pas choisi.  Francis Mathey en sait quelque chose. Que Madame Widmer-Schlumpf ait été élue par la majorité des parlementaires, conformément à la règle, est exact, mais personne, même pas elle, ne peut prétendre qu’elle représente l’UDC.

 

07/04/2008

Cantonales: l'UDC marque des points en Thurgovie, à Glaris et Uri

Après St-Gall et Schwyz, l'UDC a marqué des points dans les cantons d'Uri, de Thurgovie et de Glaris. Le PDC, le PRD et les PS en sortent affaiblis. Les Verts libéraux font leur entrée au parlement thurgovien au détriment des Verts traditionnels.

L'UDC double pratiquement sa députation au parlement uranais. Avec 17 sièges (+8), les démocrates du centre deviennent le deuxième groupe le plus fort derrière le PDC, qui rétrograde de 28 à 24 sièges. L'alliance entre le PS et les Verts a permis de sauver les 10 élus.

Au Conseil d'Etat, les sept ministres sortants (3 PDC, 2 PRD, 1 PS et 1 sans parti) ont été reconduits sans problème. Ils se présentaient sur une liste commune sans opposant. La participation a atteint 34,4%.

En Thurgovie, l'UDC, le parti le mieux représenté au Grand Conseil, a encore gagné des sièges dimanche et en détient désormais 51 sur 130. Les socialistes, qui perdent six sièges, rétrogradent de la 2e à la 4e place, tandis que les Verts libéraux entrent en scène. Le PRD a aussi perdu des plumes (-2 à 18). Le PDC enregistre lui un statu quo (22).

Enfin, à Glaris, le candidat UDC Werner Hösli est arrivé en tête lors de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat. Mais ayant raté la majorité absolue, un second tour sera nécessaire le 20 avril.

Si le démocrate du centre s'imposait, l'UDC obtiendrait, aux dépens du PRD, un deuxième siège à l'exécutif glaronais qui en compte cinq. Le gouvernement est actuellement composé de 2 PRD, 1 PDC, 1 UDC et 1 PS

 

 

Merci qui ?????????

 

03/04/2008

Ultimatum de l'UDC: Eveline Widmer-Schlumpf ne se retirera pas

Eveline Widmer-Schlumpf ne se retirera ni du Conseil fédéral, ni ne démissionnera de l'UDC. La conseillère fédérale répondait à l'ultimatum lancé la veille par son parti. Elle entend continuer à représenter les idées traditionnelles de l'UDC au gouvernement.

La conseillère fédérale a déclaré devant la presse avoir reçu des soutiens de la part des citoyens, d'élus, de gouvernements cantonaux, de membres de l'UDC comme de la part de ses collègues au gouvernement. On lui a demandé de ne pas se laisser intimider. "L'Assemblée fédérale m'a donné un mandat. Je me dois de remplir ma mission", a-t-elle dit.

Mme Widmer-Schlumpf attend avec impatience le moment de tirer un un premier bilan de son action politique après cent jours au gouvernement le 11 avril. Elle pourra se situer politiquement et dire ce qu'elle juge important pour la Suisse et son département.

Mme Widmer-Schlumpf n'envisage pas le cas où l'UDC grisonne l'excluerait de ses rangs. Cette option n'entre pour l'instant pas en ligne de compte, selon elle.

La nouvelle ministre est membre de ce parti depuis 30 ans: elle ne voit pas de raison de le quitter. Les valeurs traditionnelles de de l'UDC restent les siennes. Elle entend les incarner comme elle l'a toujours fait: avec "bienséance, respect et tolérance".

Les autres partis politiques se sont dit indignés par la pression exercée par l'UDC. Que l'UDC veuille l'exclure de ses rangs est une chose, estiment les radicaux et les socialistes. L'UDC est libre de faire ce qu'elle veut, même si cela concerne un membre du gouvernement. La procédure choisie est par contre des plus étonnantes, selon eux.

La direction de l'UDC suisse avait exigé d'Eveline Widmer-Schlumpf qu'elle quitte le parti d'ici au 11 avril et qu'elle démissionne du Conseil fédéral.

 

Mme Widmer Schlumpf a plus de courage pour répondre aux membres de son (ex ?)parti que pour aller à Zurich assister à la fin du bonhomme hiver…………

 

Elle dit tout et son contraire dans la même phrase…Il faut lui laisser le fait que c’est une bonne pratiquante de la politique politicienne !!!!!!