04/03/2010

Vaud: le Conseil d'Etat s'oppose aux apprentis sans-papiers

Le projet lausannois d'engager des apprentis sans-papiers est toujours contraire au droit fédéral actuel. S'appuyant sur un avis de droit, le Conseil d'Etat vaudois a pris formellement position. La ville de Lausanne s'expose à des sanctions si elle passe outre.

Lire la suite

07/01/2009

Le chantage à la libre circulation

Les sans-papiers qui occupent l'église St-Jakob de Zurich depuis dimanche pour attirer l'attention sur leur détresse ont décidé de quitter les lieux ce mercredi. Ils estiment avoir atteint un succès partiel avec leur action des derniers 19 jours.

Lire la suite

13/09/2008

Sans-papiers: des centaines de personnes ont manifesté à Berne

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté sous la pluie à Berne en faveur des sans-papiers. Les collectifs "Droit de rester pour tou.te.s!" exigent une régularisation collective et un arrêt des expulsions.

Lire la suite

24/04/2008

Expulsion des illégaux: l'Europe trouve un compromis

Les négociateurs du Parlement européen, des 27 pays de l'UE et de la Commission sont parvenus à un accord sur un projet de loi réglementant le retour des immigrés en situation illégale en Europe. La durée de rétention maximale des personnes irrégulières sera de 18 mois.

Selon une source proche des négociations, le compromis prévoit notamment que la durée de rétention maximale des étrangers en situation irrégulière soit de 6 mois, auxquels pourraient s'ajouter 12 mois supplémentaires seulement dans certains cas exceptionnels. Ce point est l'un des plus controversés du projet de loi.

En cas de décision définitive, la Suisse, en tant que membre de l'espace Schengen, aura deux ans pour adapter sa législation en la matière. A la suite de la révision de la loi sur l'asile et les étrangers, acceptée en votation populaire en 2006, la rétention maximale pour les étrangers en situation irrégulière en Suisse a été portée à deux ans.

Ce texte sur les normes et procédures communes applicables dans l'UE au retour des ressortissants de pays non européens en séjour irrégulier est discutée par les institutions de l'UE depuis environ trois ans.

 

Bravo à l’Europe qui a pris 3 ans pour ne ……….rien faire ! Nos partenaires ont fixés des maximums de rétention, mais ils ne disent pas ce qu’ils font après…….Que font-ils des illégaux qui ont « égarés » leurs papiers ? Que font-ils des illégaux qui ne sont pas « repris » par leur pays d’origine ?

C’est à ces questions qu’il faut répondre !!!!!!!!