29/11/2008

Ouverture du marché de l'électricité: le Conseil fédéral doit agir

Le mécanisme d'ouverture du marché de l'électricité, prévue pour le 1er janvier, aura des conséquences extrêmement dommageables pour les consommateurs et les milieux économiques, affirme SwissElectricity. La société prie le Conseil fédéral de modifier les textes en vigueur.

Lire la suite

29/10/2008

Une leçon pour les Hedges funds ?

La société Porsche Holding, actionnaire fortement représenté dans le groupe Volkswagen et désireux d’augmenter encore sa participation est en train de donner une magistrale leçon aux spéculateurs de toutes sortes dont certainement des hedges funds.

Pariant sur la baisse des marchés, particulièrement le marché automobile, un groupe de spéculateurs à vendu à découvert des actions Volkswagen. Ces vendeurs ont empruntés les titres pour pouvoir livrer les actions vendues. Jusqu’ici rien de bien particulier sauf que !

L’annonce de Porsche d’augmenter sa participation a créé une panique chez les spéculateurs. En effet, les prêteurs de titres en ayant besoin pour les présenter à Porsche en ont demandé le remboursement auprès des spéculateurs. Ces derniers sont donc forcés maintenant de racheter à n’importe quel prix, c’est le cas de le dire, les actions qu’ils doivent rendre. C’est ce qu’ils tentent désespérément de faire. Le problème qu’ils doivent maintenant gérer, c’est qu’il y a probablement plus de titres vendus à découvert que de titres disponibles. Ce qui fait que par ces temps plus que maussade pour les actions des constructeurs d’automobiles, nous voyons les cours de Volkswagen s’envoler. Passant de 200 Euros environ au début de l’année à près de 1000 Euros aujourd’hui, soit multiplié par 5. Dans le même temps, l’action Peugeot passait de 60 Euros à moins de 17 Aujourd’hui. Une action General Motors passait de USD 25 à moins de 6.

Est-ce que Porsche aurait réussi le coup de génie de se faire payer le paquet d’actions Volkswagen qu’il lui manquait par les spéculateurs ?

Ou Porsche aurait-elle joué avec le marché en le manipulant ? Est-ce que Porsche aurait elle-même prêté les titres aux spéculateurs, les rachetant lorsque les hedges funds les ont vendus, puis les réclamant aux emprunteurs ? C’est interdit par les lois boursières, mais à quel que part c’est presque moral !

De toute façon, il y a un autre grand gagnant dans cette histoire s’il sait en profiter, c’est le Land de Basse Saxe qui détient environ 20% des actions.

Les contribuables de cette région seront contents (durablement?) de la tournure des évènements.

17/09/2008

Assurances: la Fed apporte une aide inédite de 85 milliards à AIG

La banque centrale américaine, inflexible dimanche devant les difficultés de Lehman Brothers, a opéré mardi un virage à 180 degrés. Elle a décidé d'apporter une aide inédite de 85 milliards de dollars à l'assureur AIG pour éviter une crise financière planétaire.

Lire la suite

19:33 Publié dans Economie | Tags : bourse, usa, spéculation, crise | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2008

Victime de la spéculation, le prix du riz pulvérise des records

Les futures sur le riz ont atteint un nouveau record au-dessus de 25 dollars en Asie. Les cours sont toujours portés par les craintes de pénurie, mais également par la spéculation.

Le contrat juillet traité sur le Chicago Board of Trade (CBOT) a atteint 25,010 dollars le demi-quintal. Le riz traité sur le CBOT est maintenant en hausse de quelque 80% depuis le début de l'année. Le riz blanc de référence thaïlandais de catégorie B a dépassé les 1000 dollars la tonne et ne devrait pas s'arrêter là, estiment les traders et les exportateurs.

Le Brésil a momentanément suspendu ses exportations mercredi pour assurer son approvisionnement intérieur et stabiliser les prix des produits alimentaires de base. Le pays, qui n'est pas un grand acteur du marché du riz, a imité en cela les grands pays exportateurs que sont l'Inde et le Vietnam.

Les spécialistes du marché précisent que la spéculation joue un rôle plus important dans la flambée actuelle du riz que dans le cas d'autres matières premières, comme le maïs, le blé ou la graine de soja, qui reflètent davantage l'évolution de l'offre et de la demande mondiale.

Plusieurs organisations internationales ont mis en garde les grands pays producteurs contre la tentation de limiter leurs exportations, de peur que la crise alimentaire mondiale qui menace s'en trouve aggravée.

 

Il existe un très bon moyen pour faire descendre les prix !!! Que les pays mettent à disposition tous leurs stocks de « guerre », les spéculateurs seront très vite forcé de vendre leurs contrats au risque de devoir prendre livraison des tonnes de marchandises dont ils ne sauraient que faire !!!!!!!

 

 

21/04/2008

Transit alpin: cinq fois moins de camions en Suisse qu'en Autriche

Cinq fois plus de camions transitent par les cols autrichiens que par les cols helvétiques. Pour l'association des transports et de l'environnement autrichienne (VCö), la faible progression du trafic en Suisse a été possible grâce à la redevance poids lourds.n 2007, 6,52 millions de camions ont emprunté les cols alpins autrichiens, annonce une étude de la VCö. Cela représente une hausse de 2,92 millions par rapport à 1994. En Suisse, durant la même période, 1,26 million de poids lourds ont circulé soit 280'000 de plus qu'en 1994, poursuit l'organisation. Selon elle, c'est la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) qui a permis de ralentir l'augmentation du nombre de camions dans les Alpes suisses.'étude précise qu'en Suisse deux tiers des biens qui transitent par les Alpes le font par le rail et un tiers par la route. En Autriche, 30% des marchandises sont transportées par rail et 70% par la route.ace à cette situation, la VCö préconise la mise en place d'une bourse de transit alpin. Ce système prévoit notamment de délivrer un nombre limité de droits de transit à travers les Alpes. Les autorisations de transit seraient accordées pour différentes périodes et différents points de passage.u niveau suisse, le Conseil des Etats a refusé en octobre dernier d'approuver l'introduction d'une bourse de transit dans la loi sur le transfert de la route au rail. Mais le projet n'est pas enterré. En février, la commission des transports du National a souhaité que le Conseil fédéral élabore une loi réglant la mise en oeuvre de cet instrument.

 

Cette idée de bourse pour le transit me parait être une excellente idée. On pourrait ainsi faire payer aux spéculateurs le prix du passage de leurs « biens » par les alpes…. Imaginez un acheteur allemand de tomates italiennes « obligé » de payer le prix fort pour faire parvenir ces  tomates sur les étals allemands… Il ne gagnerait plus un sou et achèterait des tomates allemandes …Ce pourrait se vérifier pour les patates égyptiennes… Si le prix du transport devenait si cher qu’il serait plus rentable pour tous de laisser les égyptiens acheter « leurs » pommes de terre……….