28/01/2009

Le Conseil fédéral déplace la votation sur l'AI au 27 septembre

Les Suisses ne se prononceront pas sur la hausse de la TVA en faveur de l'AI le 17 mai. En raison de la crise économique, le Conseil fédéral a pris la décision inhabituelle de reporter le scrutin sur cet objet au 27 septembre au plus tôt.

Lire la suite

30/11/2008

AVS/réactions: la gauche veut un compromis rapide au Parlement

Le rejet de la 7e initiative populaire sur l'âge de la retraite ne met pas fin au débat politique sur la question. Les syndicats et la gauche veulent un compromis rapide au sein du Parlement, sans quoi ils lanceront un référendum contre la 11e révision de l'AVS.

Lire la suite

06/06/2008

Libre circulation: Barroso ne veut pas de discrimination

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso espère qu'en cas de référendum, la votation sur l'extension de la libre circulation à la Roumanie et à la Bulgarie sera "positive" et sans "discrimination". Il a aussi souligné son respect de la souveraineté de la Suisse.

Lire la suite

20:33 Publié dans Europe | Tags : ue, bilatérales, votations | Lien permanent | Commentaires (2)

01/06/2008

Votations fédérales/réactions: le Conseil fédéral satisfait

Le Conseil fédéral est satisfait des résultats des votations de ce week-end. Pascal Couchepin n'a pas caché son soulagement après le rejet de l'article constitutionnel sur l'assurance maladie. Idem de l'initiative sur les naturalisations par les urnes.

Lire la suite

Naturalisations/réactions: un signal en faveur de l'Etat de droit

Un "non" attendu pour les uns, une "défaite incontestable" pour d'autres: l'UDC a du mal à se mettre d'accord sur le résultat de son initiative "Pour des naturalisations démocratiques". Les opposants au texte saluent un signal en faveur de l'Etat de droit.

Lire la suite

22:52 Publié dans Politique | Tags : udc, ps, pdc, prd, votations | Lien permanent | Commentaires (0)

21/05/2008

Des sections cantonales du PRD sont contre le PRD suisse

Le Parti radical est en porte-à-faux avec une partie de sa base s'agissant de l'article constitutionnel sur l'assurance maladie soumis au peuple le 1er juin. Alors que le parti suisse le soutient, 13 sections cantonales sur 25 y sont opposées

Lire la suite

19:42 Publié dans Politique | Tags : prd, libéraux, votations | Lien permanent | Commentaires (1)

18/05/2008

La Déclaration des droits de l'homme placardée sur les affiches UDC

Les affiches de l'UDC en faveur de l'initiative sur les naturalisations continuent de faire des vagues. En guise de protestation, des membres du POP vaudois ont placardé à Lausanne un extrait de la Déclaration des droits de l'homme sur quelques-unes d'entre elles.

Lire la suite

29/04/2008

Assurance maladie: les cantons unanimes à prôner le non

Les gouvernements cantonaux sont unanimes à rejeter l'article constitutionnel sur l'assurance maladie, soumis en votation le 1er juin. Ils refusent de perdre le contrôle des quelque 8 milliards de francs qu'ils injectent chaque année dans le système de santé.

"On a rarement vu une telle opposition institutionnelle", a commenté Pierre-Yves Maillard, conseiller d'Etat vaudois et président de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de la santé (CDS). Vingt-cinq gouvernements cantonaux ont appelé à voter non, seuls les Grisons se sont abstenus.

Les Conseils d'Etat ont délégué 41 de leurs membres, de tous partis, dans un Comité des canton. Deux conseillères aux Etats, la Zurichoise Verena Diener (Verts libéraux) et l'Argovienne Christine Egerszegi (PRD), font également partie de ce comité de campagne.

Les cantons se prononcent pour la qualité des soins, l'efficacité économique et la concurrence, principes déjà inscrits dans la LAMal. Les nouvelles dispositions sont peu claires et inutiles, elles mettent en péril le contrôle souverain de l'utilisation des ressources publiques, jugent-ils.

 

 

Y aurait-il comme une bataille de pouvoir pour ces 8 milliards ?

Les cantons s’opposent aux chambres fédérales et au Conseil fédéral.

Ça ne manque pas de sel !

13/04/2008

Suisses de l'étranger: l'éligibilité au Parlement ne presse pas

Les Suisses de l'étranger ne jugent pas prioritaire de pouvoir être élus au Parlement fédéral. Ils préfèrent améliorer dans les plus brefs délais les conditions de participation aux élections et votations.
C'est notre tâche de motiver les quelque 120'000 Suisses inscrits dans un registre électoral sur les 670'000 domiciliés à l'étranger, à aller voter, a dit Jacques-Simon Eggly, président du Conseil des Suisses de l'étranger (CSE). Il était interrogé au téléjournal de la TSR à l'occasion de la séance de printemps de l'organisation à Berne.
Autre priorité du CSE: défendre les intérêts des Suisses de l'étranger dans un certain nombre de domaines. L'organisation s'est dite préoccupée par la fermeture des écoles suisses à l'étranger comme celle des consulats. Les membres ont adopté une résolution pour sauver les premières, dénonçant la volonté d'économiser 4,4 millions de francs de l'administration fédérale.
Devenir éligible au parlement fédéral, à l'image des Français ou des Italiens, ne constitue en revanche pas une priorité, selon M. Eggly. Se référant à l'exemple des pays voisins, le président du CSE constate que "c'est compliqué. La défense des résidents à l'étranger n'y est pas forcément améliorée", a-t-il affirmé.
Le CSE a pris position sur la représentation des Suisses de l'étranger avant que les Chambres fédérales ne discutent de deux interventions parlementaires, dont celle de Carlo Sommaruga (PS/GE) qui demande que la 5e Suisse constitue une circonscription électorale. "Nous n'y sommes pas opposés. Il faut étudier la question, mais cela prendra du temps", estime l'ancien parlementaire fédéral.

 

Le CSE semble s’égarer, ce n’est pas avec des écoles suisses à l’étranger que l’on défendra les intérêts de ces suisses. Ce n’est pas le rôle de la confédération, donc du contribuable, de prendre en charge la formation des enfants de suisses à l’étranger. D’ailleurs, sur les 670'000 de nos concitoyens vivant à l’étranger, combien pourraient en bénéficier ? Qui choisirait les endroits dans lesquels on crée des écoles ? Quels élèves y seraient admis ? A quelles conditions ?