23/06/2009

Mise en ligne des photos de hooligans prônée lors d'une table ronde

Contrairement à sa collègue Eveline Widmer-Schlumpf, Ueli Maurer soutient la mise en ligne des photos de hooligans pour aider la police. Le conseiller fédéral a présenté un train de mesures, à l'issue de la 6e table ronde sur la lutte contre la violence dans le sport.

Lire la suite

01/04/2009

Affaire Tinner: des copies ont subsisté - leur sort reste ouvert

Nouveau rebondissement dans l'affaire Tinner. Malgré la destruction ordonnée par le Conseil fédéral, des documents ont subsisté. Leur sort reste ouvert. La délégation des commissions de gestion du Parlement aimerait qu'ils soient conservés dans leur intégralité.

Lire la suite

24/03/2009

Les chefs de justice et police latins pour l'alerte enlèvement

La Conférence latine des chefs des Départements de justice et police (CLDJP) veut que la Confédération prenne des mesures pour mettre en place un système d'alerte enlèvement. La nouvelle réjouit Eveline Widmer-Schlumpf qui se dit persuadée de la nécessité d'un tel système.

Lire la suite

23/03/2009

Affaire Tigris: l'ex-ministre Christoph Blocher était informé

L'ex-ministre de la justice Christoph Blocher avait connaissance de l'existence de l'unité d'intervention "Tigris". A l'époque, cette force ne portait toutefois pas ce nom mais s'appelait "groupe d'intervention ciblé", explique-t-il dans un entretien avec l'ATS.

Lire la suite

12/03/2009

Le Conseil fédéral chargé de mettre en place une alarme enlèvement

Une alerte en cas d'enlèvement d'enfants doit être introduite le plus vite possible. Le Conseil des Etats ne veut pas attendre fin 2010 et un rapport d'expert sur la question. Par 38 voix contre 1, il a chargé le Conseil fédéral de prendre les devants.

Lire la suite

06/01/2009

Libre circulation Suisse europe

Les défenseurs de la libre circulation sont les mêmes que ceux qui prétendent défendre les salariés. Ile n'osent pas appeler à voter contre la libre circulation, position difficilement défendable pour eux puisque l'UDC occupe déjà le terrain.

Lire la suite

30/04/2008

DFJP: Eveline Widmer-Schlumpf se sépare du chef de la communication

Eveline Widmer-Schlumpf continue de faire le ménage au Département fédéral de justice et police (DFJP). Elle s'est séparée du chef du service d'information Livio Zanolari. Ce Grison quitte son poste "avec effet immédiat", a annoncé le DFJP.es services de la conseillère fédérale ont cependant refusé d'en dire davantage. Livio Zanolari n'a pas souhaité non plus commenter les faits. Ancien journaliste à la Télévision suisse italienne, il est entré dans l'administration fédérale en mars 1997, en devenant porte-parole de Flavio Cotti, alors chef du Département des affaires étrangères.l a ensuite travaillé avec les conseillers fédéraux Joseph Deiss et Micheline Calmy-Rey, avant de passer en août 2003 au DFJP chez Ruth Metzler, puis Christoph Blocher. En août 2005, il avait été nommé à la tête du service d'information. Livio Zanolari, 52 ans, a aussi siégé au Grand Conseil grison pour le PDC de 2000 à 2006.n janvier, Eveline Widmer-Schlumpf a déjà démis de leurs fonctions le secrétaire général du DFJP, Walter Eberle, et le secrétaire général suppléant Yves Bichsel, deux proches de Christoph Blocher.

Mais où sont donc les dénonceurs de complots ? Que font les différentes commissions chargées de ces personnes ? Pourquoi personne ne s’offusque-t-il des ces mises à pieds ?

Lorsque C. Blocher avait ACCEPTE la démission du procureur Roschacher, dont tout le monde s’accordait à dire qu’il n’était pas à sa place, que n’a-t-on entendu, à quel complot notre ministre s’était-il associé ? Souvenez vous des notes, des plans, des initiales de tous les participants à ce complot visant à évincer le sieur Roschacher, les membres d’une certaine commission ne s’abstenaient pas de prendre position…

Mais maintenant, il s’agit de madame Widmer-Schlumpf, démocratiquement élue par les autres partis. Et l’accuser de quoi que ce soit reviendrait à approuver son exclusion de l’UDC, mais ça, les autres partis ne le veulent surtout pas !

25/04/2008

Votations fédérales du 1er juin: premières tendances

A six semaines des votations fédérales, l'initiative de l'UDC pour des naturalisations par le peuple serait acceptée à une majorité relative. Celle contre la propagande du gouvernement est clairement rejetée. L'article constitutionnel sur l'assurance maladie passerait lui la rampe.
En l'état actuel, le sort de l'initiative "pour des naturalisations démocratiques" est "ouvert", selon les politologues de l'institut gfs.bern, auteur du sondage auprès de 1207 citoyens. Au plan suisse, 48% disent oui et 37% non alors que 15% ne se prononcent pas. En Suisse romande, le score est encore plus serré: 43% de oui contre 42% de non.
La criminalité des jeunes étrangers naturalisés est l'argument qui revient le plus souvent dans la bouche de ceux qui diront oui à l'initiative. Deux tiers d'entre eux le citent. Dans l'autre camp, la protection contre l'arbitraire et la discrimination, ainsi que l'impossibilité de justifier pourquoi une naturaliasation est refusée sont les principaux arguments, écrit l'institut gfs.bern.
Des trois objets soumis au peuple le 1er juin, l'article constitutionnel sur l'assurance maladie est celui dont la campagne est pour l'heure la moins visible. Et c'est celui pour lequel il y a le plus d'indécis (20%). Parmi ceux qui se sont déjà fait leur avis, 62% sont pour alors que 18% y sont opposés.
L'initiative dite "muselière", qui réduit la possibilité pour le Conseil fédéral et l'administration de s'exprimer lors des campagnes de votation, devrait être clairement rejetée. Même dans le camp de l'UDC, seul parti gouvernemental à soutenir le texte, le oui l'emporte de justesse, à 44% contre 38%. Parmi les sympathisants des autres partis, le taux de rejet atteint partout une nette majorité.
Ce premier sondage sur les votations fédérales du 1er juin a été effectué du 14 au 19 avril dans toutes les régions de Suisse auprès de 1207 électeurs. La marge d'erreur est de plus ou moins 2,9%, précise l'institut gfs.bern

 

Hors donc voici que le peuple ne voudrait pas se laisser retirer une partie de ses droits. Il ne veut pas que l’on puisse lui dicter les façons de régler les problèmes. Il veut rester maître chez lui. Est-ce étonnant ? L’initiative de l’UDC ne fait pas obligation aux communes de naturaliser par les urnes, elle ne fait que demander aux communes qu’elles s’organisent elles-mêmes en fonction des décisions du souverain. Donc c’est aux électeurs et électrices des communes de décider de quelle façon leur commune naturalise. Cela peut-être par votation, par délégation aux autorités communales, par n’importe quelle façon. Une seule exigence, l’impossibilité du recours. Donc si une majorité d’électeurs(trices) décide de donner le pouvoir de naturalisation aux autorités communales, il n’y a pas de problèmes. Les opposants ne cessent de parler d’arbitraire, ce n’est que faire un procès d’intention aux électeurs et électrices !! Ces opposants qui ne font pas confiance à leurs concitoyens(nnes) pour voter sur des naturalisations, demandent à ces mêmes citoyens(nnes) de leur faire confiance à eux !!!!!!!!!       

 

16/04/2008

Eveline Widmer-Schlumpf: l'UDC tessinoise pour l'exclusion

Le comité de la section tessinoise de l'UDC est favorable à l'exclusion d'Eveline Widmer-Schlumpf. Il estime que la Grisonne a trahi son parti et que ce dernier doit agir s'il veut conserver sa crédibilité.

Dans son communiqué, l'UDC tessinoise accuse également la section grisonne de trahison pour son soutien à sa conseillère fédérale. Si la section persiste dans cette attitude jusqu'au 30 avril, il n'y aura plus qu'à l'exclure dans son ensemble, selon les Tessinois.

Au sein de l'UDC, les sections ne sont pas toutes aussi alignées sur le parti suisse: la branche thurgovienne avait pris position jeudi dernier en faveur de la conseillère fédérale.

Celle-ci peut également compter sur le soutien des femmes UDC bernoises. En revanche, elle a contre elle la section lucernoise, qui s'est prononcée pour l'exclusion de la section grisonne. L'UDC vaudoise prendra position lors d'un congrès extraordinaire début mai. Le comité central de l'UDC fribourgeoise se prononcera fin avril

 

Notre Schfroumpfette nationale pensait hier soir sur Infrarouge que la crise entre elle et son (ex)parti était derrière elle. Visiblement rien n’est joué. Elle doit et devra encore faire face à passablement de déconvenues. Lorsqu’elle déclarait qu’elle n’a pas imaginé que son parti lui en voudrait à ce point, elle a commencé à démontrer une certaine faiblesse d’analyse… Son explication sur le montage du documentaire de la TV Alémanique qui nous apprend que le coup de téléphone qu’elle a refusé n’était pas celui de Ueli Maurer est sans doute vraie. Mais elle ne nie pas avoir refusé la vingtaine de coup de téléphone que Ueli Maurer dit lui avoir passé……..

Elle a probablement effectivement trahi son parti et fait une erreur d’analyse en pensant que l’UDC allait, comme le PS avec Otto Stich, passer l’éponge. Ultime erreur.

 

15/04/2008

Sondage: deux Suisses sur trois soutiennent Eveline-Widmer Schlumpf

 

(...............) 

Seuls 14% des 609 personnes interrogées la semaine dernière n'y voient pas de danger, alors que 21% ne se prononcent pas. A l'intérieur même de l'UDC, l'attitude du parti est critiquée. La moitié des sondés ayant déclaré des affinités avec l'UDC juge que de telles pressions sont anti-démocratiques.

 (...............)

Si elle a pour principe de ne pas commenter les sondages, Eveline Widmer-Schlumpf se dit toutefois étonnée que la moitié des électeurs UDC jugent antidémocratique l'attitude du parti.

(................)

 

Afin d’être vraiment démocratique, l’élection des conseillers fédéraux devraient se faire à main levée et nom par bulletins secrets. En effet, nos parlementaires sont élus en faisant des alliances de partis, des listes communes. Donc un élu devrait montrer à ses électeurs(trices) l’usage qu’il fait du mandat qui lui a été confié. Ainsi lors des élections suivantes, chacun saura(it) à quoi s'en tenir vis-à-vis des candidats.

A ce moment, on pourra (re)parler de démocratie.